La famille Gujadhur n’a pas eu à patienter longtemps avant de renouer avec le succès dans la Duchesse. Victorieuse de l’édition 2012 avec Il Saggiatore, la plus vieille écurie du turf a écrit une nouvelle page de son histoire avec la première classique de la saison hippique en ramenant Bulsara dans la winner’s enclosure dans The Play On Line Triple Crown Duchess Of York Cup. Avec ce nouveau triomphe, l’écurie Gujadhur monte graduellement en puissance et compte bien jouer les premiers rôles cette saison encore.
L’écurie à la casaque bleu électrique ne pouvait espérer un meilleur départ pour cette saison. Après avoir ramené deux vainqueurs lors de la journée inaugurale, la bande à Ramapatee Gujadhur était pourtant restée muette au cours du deuxième acte. Une journée qui sera très vite mise aux oubliettes car l’écurie était de nouveau sous le feu des projecteurs samedi avec le triomphe de Bulsara. Gagner une course classique n’est pas chose aisée au Champ de Mars et la Duchesse de cette année-ci l’était encore moins, tant l’épreuve paraissait ouverte avec plusiers coursiers de bonne valeur inscrits au départ. Avec le titre en point de mire, l’écurie Gujadhur s’est bien renforcée pendant la trêve avec l’acquisition de plusieurs chevaux. L’état-major de l’écurie avait ainsi décidé de mettre toutes les chances de son côté en alignant Bulsara et de Indaba My Children dans la Duchesse.
Bulsara ou le pari gagnant de Ramapatee Gujadhur
Pourtant, l’acquisition de Bulsara était loin de faire l’unanimité au sein de la doyenne des écuries du turf. En effet, ce fils de Silvano avait beaucoup couru pendant sa carrière sud-africaine (4 victoires et 13 placés en 42 sorties) et il se présentait, à 7 ans, comme le plus âgé des concurrents dans la Duchess Of York Cup. Ramapatee Gujadhur avait cependant insisté pour l’acheter, au grand dam de ses proches. Ce dernier se souvient encore des railleries de son fils Mukund sur la condition de Bulsara:  «Tu es en train d’acheter un cheval de 7 ans, n’oublie pas d’embarquer aussi ses béquilles quand il prendra l’avion pour venir à Maurice!» Le propriétaire d’Indaba My Children, son compagnon d’écurie, était tout aussi critique car il pensait que son jeune cheval réunissait les meilleures guaranties pour la victoire dans l’épreuve phare. Les turfistes abondaient aussi en ce sens, préférant la doublure de l’écurie Gujadhur au vu de ses galops à Floréal et au Champ de Mars.
Mais Ramapatee Gujadhur avait mené sa petite enquête sur Bulsara et il avait flairé le bon coup avec ce coursier, d’où son insistance pour l’acquérir. « Cela faisait deux ans que je cherchais à acheter Bulsara mais Mme Oppenheimer, son ancienne propriétaire, refusait de le vendre. Suite au décès de cette grande dame, tous ses chevaux ont été mis en vente et c’est alors que j’ai fait une demande pour son acquisition.» De plus, il avait eu de très bons échos de Glen Hatt qui l’avait assuré que ce cheval allait lui apporter beaucoup de bonheur mais qu’il fallait l’utiliser à bon escient. Andrew Fortune était aussi d’avis que l’entraîneur de l’écurie Gujadhur avait pris une bonne décision en l’achetant car ce coursier n’avait point démérité lorsqu’il s’était frotté aux top horses en Afrique du Sud.
«He’s pretty lazy at trackwork, a little bit like myself»
Le fait de piloter Bulsara était, dans une certaine mesure, un choix par défaut pour le stable jockey, Noel Callow ne faisant pas le poids pour le handicap de Indaba My Children. De sa monture, le cavalier australien retiendra surtout une certaine complicité qui s’est créee: « Soun had the horse pretty much primed up for the meeting. He’s pretty lazy at track work, a little bit like myself, so we get along well (laughs). My horse had a softer run as compared to our other horse who had to cut infield but I must say he had the light weight in his favour.» En effet, la monture de Callow eut une course idéale en milieu de peloton et son jockey était assez étonné d’avoir pu bénéficier d’un parcours aussi tranquille sur les barres avant l’entame du dernier virage. Quand l’ouverture se présenta, Bulsara s’infiltra le long de la corde pour remonter Living With Heart qui avait pris le first run sur ses adversaires. « Patrick Merven’s horse was very good and I had to follow him throughout the run but my horse had that soft run. He had to kick in a bit to win his race by a couple of lengths and I was so happy to point up at Soun’s box afterwards with all my family up there.»
La satisfaction pouvait effectivement se lire sur le visage de tous les membres de l’écurie et principalement auprès des palefreniers. Naresh Comaloosur n’en était pas à son premier succès dans une épreuve classique. Par le passé, il s’était occupé de coursiers tels que Raise Status, Hinterland et T.Rex, tous des précédents vainqueurs de la Duchesse (voir hors-texte). Le chef palefrenier de cet établissement affichait d’ailleurs sa fierté au paddock et il a tenu à remercier les Gujadhur pour leur soutien au fil des années. «Je suis très content aujourd’hui car c’est une grande victoire pour l’écurie. Je remercie la famille Gujadhur pour la confiance placée en moi et toute l’équipe de palefreniers. On a beacoup travaillé pour cette course et la victoire de Bulsara nous apporte une grande fierté.» Il manquait cepedant une personne à la fête puisque Vicky Johare, le palefrenier de Bulsara, était en convalescence suite à un accident de la route. C’est Vinay Nowjee, son cousin, qui a assuré la suppléance. Ce dernier n’a d’ailleurs pu cacher son émotion en voyant triompher son protégé. «Vicky a fait un accident mais il va mieux. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement. Nous savons qu’il nous regarde à la télévision et nous voulons lui dédier cette victoire. Nous sommes sûrs qu’il partage notre joie en ce moment,» devait poursuivre Naresh Comaloosur.
Le tandem Gujadhur/Callow doubla la mise dans la septième épreuve avec la victoire de Direct Approach. Installé comme favori de la course, ce fils de Right Approach a été exact au rendez-vous. Suivant en queue de peloton pendant tout le parcours, le coursier de l’écurie Gujadhur vint régler tous ses adversaires au terme d’une accélération fulgurante dans les derniers 200 mètres, Noel Callow se permettant même le luxe de poser les rênes avant la ligne d’arrivée. «Direct Approach showed a good turn of foot to win his race but he is still on the learning curve. If you watch the replay, you’ll see him jump at the 800m mark and he does not hold his position. If he improves on this, I’m sure he can challenge the top horses here.» Le cavalier australien confiera qu’il n’était pas trop inquiet du fait de suivre loin des meneurs car la course avait été lancée sur des bases élevées. Il n’a eu qu’à attendre le bon moment pour attaquer et la classe de sa monture a fait le reste. Ramapatee Gujadhur a, pour sa part, affiché sa satisfaction car Direct Approach était, selon lui, la meilleure chance de l’écurie pendant cette journée classique. Il a aussi salué la décision de son jockey de ne pas brusquer son cheval et d’attendre la dernière ligne droite pour passer à l’offensive. Quant à West Coast Swing, il a été l’auteur d’une course quelconque, prenant la huitième place de son épreuve. «C’est un cheval qui n’est pas vraiment sain puisqu’il a des problèmes respiratoires et de boulets. On lui a laissé le temps qu’il fallait pour se remettre. Il a été pendant un bon moment à la mer  pour se refaire une santé dans le centre de la famille Ramdin. Nous les remercions au passage. On espère de meilleures performances de sa part mais nous savons que ce sera difficile vu sa mauvaise condition physique, » devait nous confier son entraîneur.
Au terme de cette journée classique, l’écurie Gujadhur parvient à se hisser à la deuxième place du classement des écuries avec des stakesmoney s’élevant à Rs 1,254,000. Si la route est, certes, encore longue pour le titre, les performances actuelles permettent à Ramapatee Gujadhur de rester confiant pour la suite de la saison.