S’il était prévu que Gavin Lerena partirait après le Maiden, le Sud-Africain a finalement dû plier bagage plut tôt que prévu. Une séparation qui est intervenue dans la confusion la plus totale lors de la journée de samedi dernier. Selon Ramapatee Gujadhur, c’est la prestation du Sud-Africain sur Allocation qui est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. L’entraîneur de la plus vielle écurie du turf s’est dit toutefois peiné par ce départ mais affirme d’autre part que « The show must go on ». Dans la foulée, il devait souligner que le nouveau jockey de l’écurie serait Johan Victoire qui venait de se séparer de l’écurie Maingard.
Commentant la performance de Vettel, l’entraîneur devait dire que vu le style dans lequel ce dernier s’est imposé samedi dernier, le crack aura définitivement son mot à dire dans le Maiden, le 1er septembre prochain.
Suite au forfait de Gavin Lerena, l’écurie Gujadhur alla piocher du côté de l’écurie Allet pour trouver un remplaçant pour piloter Vettel, en la personne de Derreck David. En dépanneur de luxe, David ne se fit pas prier pour faire briller la casaque bleu électrique et écharpe rouge dans l’épreuve phare de la journée, dotée de The Mauritius Derby-Ladies’ Day Cup. Le Sud-Africain inscrivit par la même occasion son 15e succès de la saison.
Se trouvant en dehors de Mining Prospect à la sortie des stalles, Vettel choisit de se rabattre derrière le cheval de Christian Lafraisière, côté corde. Le futur lauréat déboîta par la suite dans la descente et accéléra an progression afin de prendre le commandement. Une fois rééquilibrée en ligne droite, le crack de l’écurie Gujadhur ne rencontra aucune opposition et fila tranquillement droit au but.   
« Il a gagné dans un très joli style. Je remercie Vincent Allet dem’avoir prêté son jockey suite au départ malheureux de Gavin Lerena. Je pense qu’il aurait aussi gagné avec Vettel mais disons qu’il y avait des différends entre nous. Je n’ai jamais hésité à prendre des décisions et on a préféré se séparer. C’est une séparation à l’amiable. Cela dit, les instructions à Derreck étaient claires. You bounce him in the first 30-40m and see if you can travel better than the horse inside of you. If you can’t, just let him in and guard yourself not to get box downhill for he might be short of galloping room. Il a monté une course parfaite et sur 2400m, pour le Maiden, je pense que Vettel aura son mot à dire.  Je suis très redevable envers Derreck David et Vincent Allet», a dit Ramapatee Gujadhur.
« Certaines montes de Lerena ne s’expliquent pas »
Invité à élaborer sur la séparation d’avec Gavin Lerena, l’entraîneur a déclaré:  
« On n’était pas satisfait de certaines montes. On n’a certes pas de preuve pour douter de son intégrité, mais certaines montes ne s’expliquent pas. Par exemple celle de King Fahiem où le cheval était parti bien trop vite.  Le jockey vient me dire que the horse was relax. Je suis né avant lui, je vous fais part ! On lui a fait comprendre notre point de vue après la course d’Allocation et il l’a très mal pris. Il nous a ensuite dit qu’il ne pouvait plus monter sous pression et qu’il préfère mettre fin à son contrat avec l’écurie Gujadhur. C’est regrettable car Gavin Lerena est un jockey de renom qui a un palmarès très éloquent. Je suis peiné pour lui et le suis moi-même. Je perds un très bon jockey au milieu de la saison mais the show must go on. Je dois toutefois ajouter que Gavin a été un gentleman. Il m’a notamment envoyé un texto pour me féliciter au sujet de Vettel. Ce qui est fait est fait maintenant. On ira tout simplement chercher un autre jockey et notre choix s’est porté sur Johan Victoire.»
Pour revenir à Allocation, le cheval perdit toutes ses chances lorsqu’il manqua sa mise en action dans la deuxième course. Il prendra la dernière place, derrière son compagnon d’écurie, Sweep Forward.
Au sujet de Sylvester dans la dernière course, il convient de souligner qu’il est parvenu à accrocher une 4e place malgré le fait d’avoir loupé complètement son départ.
Fidelis, lui, jeta l’éponge à 150m du but. A sa décharge, on pourrait avancer qu’il était parti sur des bases un peu trop élevées.
Quant à Urbi Et Orbi (4e course), le jockey Orffer devait chuter du cheval au passage du premier tournant. A noter que les handlers ont eu toutes les peines du monde à mettre fin à l’escapade du cheval qui a fait trois tours de piste.