Nooresh Juglall qui avait changé de bord en début de la semaine dernière, n’aura pas attendu longtemps pour signer son premier gagnant sous ses nouvelles couleurs. Quittant l’écurie Foo Kune sur une victoire (Rulerofmyheart), il a enchaîné chez Hurlywood samedi en conduisant l’outsider Arabian Empire à bon port après 14 sorties infructueuses.
« Je dois dire que l’escapade d’Arabian Empire jeudi nous avait quelque peu refroidis. Le cheval m’avait désarçonné et avait accompli presque deux tours sans cavalier. Ajouté à cela, son hard barrier trial deux jours plus tôt et je dirai qu’un doute avait pris place, » rappelle Nooresh Juglall entre deux montes au training, mardi matin. Mais très vite dans la partie initiale de cette cinquième course de la 6e journée, dit-il, il eut un « bon feeling » de sa monture qui prit sans forcer le contrôle des opérations. « Finalement, c’était plus facile que prévu. Sur ce qu’il a montré, je crois qu’il a encore une ou deux victoires sous les sabots ».
Avec quatre autres montes pour le compte de son nouvel employeur auxquelles se sont ajoutées deux sollicitations supplémentaires — une d’entrée de journée pour l’établissement Allet et une autre pour la casaque bleu électrique — Juglall n’a pu accrocher qu’un seul accessit, signé Shahruhk dans la course n°7 du jour. « Shahruhk s’est bien défendu malgré son neuvième couloir. Mais le gagnant était trop fort. Valere vaut largement plus dans ce C4. The Sneaker a terminé neuvième dans un 1500m dominé par un gros favori Young Royal et Monsieur Dane n’a été qu’une doublure dans l’avant-dernière épreuve du meeting. En revanche, Dupont Circle que je connais bien a été une déception. Il n’était qu’à sa course de rentrée après plus de quatre mois sans activité. Il avait beaucoup tiré et avait overraced. Par contre, le vainqueur, Bongo Beat, a profité de son galop dans les jambes et a rondement mené son affaire ».
Deux gagnants en six journées, Juglall se dit encore dans ses prévisions. « Il n’y a pas de feu à la maison. J’ai débuté la nouvelle saison comme jockey n°2 avec souvent des deuxièmes choix. Chez Hurlywood, les choses sont forcément différentes. Je n’ai pas tardé à break the ice. C’est bon pour le moral. J’ai encore beaucoup de plans pour l’avenir… »