Après être passé tout près de la victoire en quelques occasions cette saison, Shahruhk est enfin parvenu à ouvrir son palmarès au Champ de Mars à l’issue de sa neuvième tentative. Une victoire qui a fait beaucoup plaisir à son entourage, dont un de ses propriétaires, M. Ganapathy qui a fait le déplacement des États-Unis pour voir courir son cheval.
Hormis sa course du 10 novembre dernier (37e journée), Shahruhk s’est montré très régulier pour les places depuis qu’il est à Maurice. Avant sa course de samedi, ce fils de l’étalon irlandais King Of Kings avait à son compteur 7 accessits en huit tentatives, dont trois deuxièmes places et autant de troisièmes places. Sur la base de ces statistiques, Shahruhk ne pouvait donc être écarté samedi dernier, même si le favori Summer Sanctuary, impressionnant vainqueur à sa sortie précédente, faisait figure d’épouvantail. À l’arrivée, c’est le pensionnaire de l’écurie Hurlywood, présenté dans une forme splendide, qui eut le dernier mot. « Shahruhk a fait preuve de beaucoup de coeur pour l’emporter samedi. Il s’est battu jusqu’à la ligne d’arrivée. À un moment je croyais que Traianius allait me passer facilement mais une fois que mon cheval s’est remis sur son bon pied, il a donné son maximum pour faire la différence », a soutenu, à chaud, Nooresh Juglall. « Je pense que c’est au moment où j’obtiens les barres après seulement quelques mètres de course que je fais le plus grand pas vers la victoire car il fallait se placer devant Summer Sanctuary et prendre le first run sur lui. Comme je l’ai dit plusieurs fois, Shahruhk n’est pas un cheval facile à piloter. Samedi, avant même que je retire ma cravache, il a commencé à hang. Je dédie cette victoire à mon père et à la famille Chummun durement touchée par le décès de leur fils Avi », a déclaré le Mauricien.
Pour Randhir Pertaub, cette victoire de Shahruhk porte les griffes de Nooresh Juglall. « Comme c’est souvent le cas, mon ami Vicky Veeramootoo, Candice, Nooresh et moi-même avions discuté de la course la veille. Nooresh pensait que si on courait le cheval de cette façon, on pouvait remporter la course. On est tombé d’accord sur cette tactique et nous sommes heureux du résultat », a affirmé l’entraîneur. D’un commun accord avec M. Veeramootoo et les propriétaires du cheval, l’écurie Hurlywood a décidé de faire don des stakesmoney obtenus par Shahruhk, qui s’élèvent à Rs 160 000, à la famille d’Avi Chummun.
« Genuine Leather s’est blessée en course »
Hormis Shahruhk, l’écurie Hurlywood présentait aussi la très chuchotée Genuine Leather qui faisait ses grand-débuts dans la Lightning Cup. La jument ne fut cependant pas en mesure de justifier les bruits favorables dont faisait l’objet sa candidature en prenant la septième place à plus de 8L d’Eskimo Roll. Une performance que Nooresh Juglall demande aux turfistes d’ignorer. « She was never comfortable », a d’emblée déclaré la cravache mauricienne. « Elle s’est même blessée en course. Je pense que ce n’était pas le meilleur engagement pour elle. C’est une jument très délicate qui se montre tout aussi difficile à l’entraînement. I think we should go back to the drawing board with her and start everything anew », a-t-il argué.
De François Bernadus dans le Barbé, Nooresh Juglall dira que le cheval a couru une course honnête mais qu’il n’est pas impossible qu’il ait souffert du second run after rest syndrome. À la question de savoir pourquoi avoir couru le cheval plus proche du pas cette fois, Juglall a expliqué avoir adopté la même tactique que sur Shahruhk, à savoir que pour optimiser ses chances, il fallait être devant Tales Of Bravery et within striking distance de Tandragee.
A noter que la cravache mauricienne quitte Maurice ce mois-ci pour mettre le cap sur Singapour où il exercera en tant que Club Jockey à Kranji.