C’est fait. Jean-Michel Henry possède maintenant une écurie à son nom. Du coup, la pérennité du nom des Henry est assurée. Ainsi, après avoir effectué ses premiers pas aux côtés de son père, Serge, et même assuré l’intérim, Jean-Michel a maintenant sa destinée entre ses propres mains. La saison 2014 est considérée comme une grande première et le principal intéressé déclare qu’il sera satisfait de ramener entre 10 et 15 succès.
Cela faisait quelques années que Jean-Michel Henry voulait voler de ses propres aîles. En 2013, il prit ses distances de l’écurie Serge Henry pour s’adjoindre à celle dirigée par Mahess Ramdin afin de donner un coup de main à Shailesh Ramdin. Il y amena aussi quelques chevaux dont Royal Day, Baron Blixen et Mobschief qui sont parvenus à remporter des victoires l’année dernière. Les propriétaires de ces derniers le suivirent quand le Mauritius Turf Club lui octroya sa licence d’entraîneur pour 2014.
«C’est un aboutissement personnel qui fait énormément plaisir et je suis fier de posséder une écurie à mon nom et aussi assurer la pérennité du nom de la famille Henry.»
Jean-Michel Henry est d’avis que la présente saison sera extrêmement difficile dans le sens où la compétition sera très relevée. L’effectif de son établissement est actuellement composé de sept nouvelles unités, quatre étant arrivées durant le week-end du 8-9 mars dernier. Les autres sont des anciens et le malheur a voulu qu’il perde Lake Superior qui n’avait pu courir qu’une seule fois en 2013 et qui a été jugé irrécupérable pour la compétition.
« Nous possédons un petit effectif et ce sera difficile face aux grosses cylindrées qui ont brassé large pour acquérir de nombreux chevaux et non des moindres. Nous en avons quelques-uns dont un Dual Asset qui est, selon moi, une acquisition intéressante. Right To Tango n’est pas mal non plus tout comme Navistar. Trois autres sont encore en Afrique du Sud et nous rejoindront dans quelques semaines. On va tout essayer pour ramener le plus de victoires possibles. Nous n’avons pas d’objectif précis mais nous espérons néanmoins ramener la première victoire le plus vite possible et on verra après. »
Lors de notre conversation avec Jean-Michel Henry, on a vite senti le désir de bien faire d’entrée, même s’il «ne brûlera pas les étapes»