Une longue période de disette. C’est l’épreuve qu’a connue l’écurie Mahess Ramdin depuis son doublé de la troisième journée. Voulà qu’on autre coup de deux tombe dans son escarcelle, pour le grand bonheur de tous ceux qui donnent un coup de main à l’écurie. Désormais, on peut s’attendre à des lendemains meilleurs mais les choses s’annoncent néanmoins difficiles.
Shailesh Ramdin était particulièrement heureux dimanche après-midi car les deux chevaux sur lesquels l’écurie comptait furent exacts au rendez-vous. Tout le monde sait pertinemment bien que c’est une bande de copains qui sont réunis au sein de l’écurie avec Shailesh, son frère Shekhar, Ivan Montocchio et Jean-Michel Henry qui a rejoint la bande au début de la saison.
«Cela a fait très plaisir de remporter deux courses. Je crois qu’on est dans le bon tempo désormais. Ces dernières semaines on n’a fait que des seconds. Je remercie toute l’équipe qui est à l’écurie pour ce beau doublé. Sur Baron Blixen, Karis a eu à aller chercher cette victoire à la force de ses poignets.»
Jean-Michel Henry était lui aussi aux anges et il a tenu à féliciter Karis Teetan pour les deux victoires.
«Karis Teetan a démontré qu’il est un jockey avec lequel on peut compter. Sur Baron Blixen, il est à créditer d’une excellente monte. S’il ne l’avait pas emporté, on n’aurait rien pu lui reprocher. On se serait dit que la chance n’a pas été de notre côté. Baron Blixen est un cheval à problèmes et il a fallu lui donner beaucoup de temps pour se refaire une santé. Grâce à la patience que nous avons démontré, il nous a offert deux victoires cette saison. Il nous reste une quinzaine de journée et espérons que les choses aillent pour le mieux.»
La victoire de Smartelli était aussi attendu après que le cheval ait démontré des progrès évidents dernièrement.
«Smartelli est un cheval plutôt facile à entraîner. Il a seulement pris plus de temps pour s’acclimater aux conditions locales. Il avait montré un certain potentiel à ses dernières sorties et après quelques courses dans les jambes, il a été à la hauteur de nos espérances. Il sait maintenant qu’il doit courir. Il faudrait remercier les propriétaires qui nous ont fait confiance et on espère ne pas s’arrêter en si bon chemin», a ajouté Jean-Michel Henry.
«Le cheval était très bien. Je l’avais travaillé à l’entraînement et j’étais très confiant. A sa dernière sortie il avait terminé en trombe. Bien placé dans les stalles, on lui accordait une bonne chance. L’entraîneur m’a dit de prendre un bon départ, de chercher une bonne position et de le laisser courir librement. Credit to the whole team who was very confident. En ce qu’il s’agit de Baron Blixen, j’ai aussi eu l’occasion de le monter à l’entraînement  et il s’était très bien comporté. Là aussi, il faut saluer le travail effectué pour toute l’équipe à l’écurie. Les instructions étaient plutôt faciles. Tout ce que j’avais à faire était de lui donner une course tranquille. Dans la ligne droite finale, il a eu tendance à verser à l’intérieur mais il faut aussi dire que l’espace dans lequel je l’avais engagé était restreint. J’ai eu à le reprendre et il m’a quelque peu surpris par la façon dont il a accéléré quand il a vu le jour. Ce cheval aurait dû l’emporter la dernière fois. Il a été parfois desservi par la malchance. Je suis d’avis que s’il maintient cette forme, il devrait remporter d’autres courses», a déclaré Karis Teetan.
Pour la suite de la saison, il faut savoir que l’écurie Mahess Ramdin a accueilli trois nouvelles unités en provenance de l’Afrique du Sud lundi soir. Ces nouveaux sont en quarantaine et pourraient effectuer leurs débuts avant la fin de la saison.
Donc, l’espoir d’engranger quelques victoires reste dans le domaine du possible.