Tout porte à croire que l’écurie Maigrot possède en Mining Prospect un cheval capable de défendre ses couleurs au plus haut niveau. Ce fils de Rock Of Gilbratar a confirmé son excellent début et affiche dejà des prétentions pour le championnat des 4-ans qui demeure son premier objectif.
Mining Prospect était déjà la propriété de Christian Lafraisière en Afrique du Sud. Ce cheval, après un bon début de carrière, devait monter en valeur à partir de juin dernier quand il remporta coup sur coup trois courses. Son propriétaire était entre deux idées. Soit le laisser concourir en Afrique du Sud, soit de le faire venir à Maurice. Il opta finalement pour une venue au Champ de Mars dans le but de faire briller ses couleurs.
Mining Prospect ne devrait pas tarder à cueillir ses premiers lauriers, soit dès sa deuxième sortie chez nous.
« Il a commencé sa carrière assez poussivement. Et puis il a eu un déclic et il a aligné trois victoires. Il a vraiment démontré des qualités. Ils l’ont gardé sur sprint et puis ils ont commencé à le rallonger. Lors de sa première sortie il n’était pas prêt. J’avais du reste dit aux propriétaires que le cheval était prêt à prendre une course mais que pour la gagne cela allait être compliqué. Malgré çela il a fait une très belle course. Par la suite, il a montré des signes évidents de progrès à l’entraînement. On était assez confiant dans ses chances. En ce qui concerne la course, on l’a confié à Reehaze parce qu’il peut claim 1.5 kg. Cela l’a certainement aidé. Il l’a très bien monté. Il n’a jamais paniqué. Le cheval a bien répondu dans la ligne droite. En somme, c’est une belle victoire, ce qui et bon pour le jockey et bon pour nous aussi. Ces derniers temps on a joué de malchance avec pas mal d’accessits. C’est bien qu’on ait traversé le but en premier. Cette victoire redonnera un peu plus de confiance à l’équipe », a declare Hugues Maigrot.
Mining Prospect possède une marge de progrès
Reehaze Hoolash était aux anges après sa première réussite de la saison, d’autant qu’il revenait d’une suspension.
« J’ai écopé d’une suspension de trois semaines pour ma monte sur Makes Me Wonder. Ce n’était pas une faute intentionnelle. Pendant ce repos forcé, j’ai bossé dur pour garder la forme. Faute de pouvoir monter en course, j’ai redoublé d’efforts pour avoir un bon fitness. J’ai fait de la gym et aussi de la natation. »
La course, elle, s’est déroulée sans anicroche avec une victoire de bout en bout.
« La seuel appréhension que j’avais c’est que quelqu’un vienne m’embêter devant car je voulais être seul dans la position tête et corde pour que le cheval soit bien détendu. J’ai eu la chance de me retrouver seul en tête mais il s’est montré quelque peu ardent. J’ai décidé de le laisser faire et ne pas me battre avec lui. J’ai ressenti qu’il allait peut-être un peu trop vite mais il a répondu à mes sollicitations dans la ligne droite pour l’emporter assez facilement. J’estime qu’il possède une marge de progrès car il n’était pas à son top niveau.»
Reehaze Hoolash avait aussi été sollicité pour piloter Code Rock, un autre cheval appartenant à Christian Lafraisière qui ne figura toutefois pas à l’arrivée.
«Code Rock ne s’est pas encore adapté à son nouvel environnement. Il était distrait dans le parcours et ne semblait pas savoir où se diriger. Il a aussi “jumped the crossing”. Il transpirait beaucoup avant la course. Il faut lui donner le temps nécessaire pour retrouver ses automatismes. »
Reehaze Hoolash a profité de l’occasion pour nous parler de ses stages en Afrique du Sud qui l’ont aidé à progresser ces dernières années.
« J’ai effectué deux stages en Afrique du Sud. L’un en 2010 et le second en 2012. C’est ma famille et moi qui avons tout fait pour ce déplacement. Outre le billet d’avion, il y avait aussi les frais à l’académie sans oublier les visas. Cela n’était pas facile, surtout lors de mon premier séjour. Les entraîneurs ne me connaissaient pas. Le second séjour remonte à la période janvier-avril 2013. J’avais à travailler une quarantaine de chevaux par jour de 5hr à 10h30 tous les matins. J’ai monté pour le compte des entraîneurs Denis Drier, Eric Sands, Joey Ramsden et Dean Kannemeyer à Cape Town. Et là, j’ai eu la chance de remporter deux courses. »
Reehaze Hoolash espère que sa victoire sur Minining Prospect lui donnera la chance d’obtenir plus de montes à l’avenir.