14 victoires et une soixantaine d’accessits pour des gains de plus de Rs 3,4M. Le bilan de l’écurie Maigrot pour la saison 2013 n’est certes pas phénoménal mais par rapport à l’effectif dont elle disposait et la féroce compétition qui prévalait au Champ de Mars, on est tenté de dire qu’elle a su tirer son épingle du jeu, jouant même de malchance en quelques occasions. Cette saison risque d’être sembable à sa devancière pour cette formation qui n’a pas été beaucoup active sur le marché.
Après une saison 2010 exceptionnelle qui l’avait vu titiller l’écurie Rousset dans la course au titre, l’écurie Maigrot n’a pu maintenir la cadence lors des saisons suivantes, se contentant plutôt de jouer les seconds rôles. Si en 2012 la moisson fut de 21 victoires, elle a été moins bonne la saison dernière, les livres démontrant un déficit de sept victoires. Cette baisse de régime peut être attribuée à un effectif moyen sans compter l’incapacité de pouvoir compter sur un cavalier d’expérience.
Au vu des efforts consentis par les grosses cylindrées, cette saison ne s’annonce guère de tout repos pour la bande à Hugues Maigrot qui a perdu en cours de route Friday Lunch Club et Mining Prospect mutés à l’écurie Allet pendant l’intersaison. Mais celui qui exerce comme entraîneur depuis 1994 reste tout de même optimiste quant à la capacité de son écurie de tirer son épingle du jeu.« C’est clair qu’en début de saison, il est difficile de faire un assessment des forces en présence. On n’a pas fait beaucoup d’investissements et il va falloir composer avec les anciens. Mais ce qui est réconfortant c’est qu’on a quand même quelques chevaux qui sont compétitifs dans leur catégorie respective. Valeur du jour, on n’a acquis qu’un nouveau, mais quatre autres viendront renforcer l’effectif sous peu ».
« Yashin Emamdee un plus pour l’écurie »
Effectivement, quelques anciens, du moins ceux qui sont arrivés au cours de la saison dernière, semblent capable d’aider l’écurie Maigrot à maintenir la tête hors de l’eau, du moins en ce début de saison. On pense ici à Top Of The Chocs qui a démontré un potentiel certain en fin de saison dernière et qui devrait être encore utile cette année et les prometteurs Blizzard Of Ozz et Blue Berry, sur qui l’écurie Hugues Maigrot fond de gros espoirs. Du reste, ces chevaux ont été entraînés avec un soin particulier ces derniers temps et méritent d’être suivis lors des premières journées. Mais l’ossature de l’écurie reste essentiellement la vieille garde composée de Code Rock, Lividus, Iwayini, Dynastar, Pageantry, Hills Of Rome, Question Time ou encore Over The Ocean qui, dépendant de l’opposition, peuvent ramener de précieuses victoires à leur entraîneur.
Du côté des nouveaux, on retiendra Corredor qui s’est imposé trois fois en vingt tentatives dans son pays natal et Parado un produit de Silvano dont l’achat a été finalisé récemment et qui a coûté la bagatelle de 900 000 rands comme yearling en Afrique du Sud.
Après les épisodes Jaures Marcialis et Brad Parnham, l’écurie Maigrot n’a pas souhaité recruter un cavalier étranger cette saison, préférant faire confiance à un fils du sol, en l’occurrence Yashin Emamdee. « Yashin est un jockey qui a fait ses preuves à Maurice avec, à son actif, plus de 200 victoires. Il a été assez malchanceux la saison dernière avec une chute qui l’a privé de compétition. C’est quelqu’un avec qui je m’entends très bien et je pense qu’il sera un plus pour l’écurie », a déclaré Hugues Maigrot.