Discrète depuis le début de la saison – elle a néamoins remporté trois épreuves principales – l’écurie Maingard, à la faveur du triplé ramené samedi dernier, peut espérer des lendemains meilleurs. C’est ce qu’espèrent sans doute ses propriétaires et aussi ses supporters pour le bien des courses et aussi pour rehausser le niveau de la compétition. Fini l’épisode Faucon et, avec l’arrivée de Johan Victoire, le souhait de tout le monde est que la machine Maingard soit plus que jamais relancée.
Avec seulement quatre victoires lors des premières 10 journées, Ricky Maingard savait pertinemment bien que les choses n’allaient pas être faciles en 2013, d’autant que la plupart de ses chevaux, suite à leurs nombreuses victoires, avaient été pénalisés au niveau du poids et certains avaient même atteint leur top.
Cependant, il y avait certaines courses ou plutôt certaines montes de Gaëtan Faucon qui étaient restées en travers de la gorge de l’entraîneur. On se souvient qu’au cours de plusieurs conversations que Turf Magazine a eu le privilège d’avoir, que ce soit officiellement ou inofficiellement, il avait été question d’au moins cinq courses ou si vous préférez cinq décisions de l’ancien jockey que Ricky Maingard n’avait pas appréciées. Cinq pour un début de saison, c’est beaucoup comparé à la saison 2012 où il n’y eut en tout et pour tout que deux montes contestées.
Or, le principal concerné devait toujours clamer haut et fort qu’il n’avait jamais triché sur un cheval de son employeur. Ce qui est peut-être vrai mais toujours est-il que sa mauvaise inspiration avait engendré des doutes au niveau de certains des propriétaires de l’écurie qui avaient été jusqu’à menacer d’aller voir si l’herbe n’était pas plus verte ailleurs. De cela, on en avait eu vent bien avant qu’une décision ne soit prise quant au futur de l’écurie, c’est-à-dire faire rideau sur la folle saison 2012.
Tout ne fut pas noir pour l’écurie — même s’il existait à un certain moment une interrogation sur l’entraînement —  car il y eut l’étincelle apportée par un certain Tales Of Bravery qui se racheta brillamment d’une Duchesse perdue qu’on mettra sur le compte d’un entraînement perturbé pour ensuite remporter deux courses d’affilée dont la Barbé Cup, la première remportée par Ricky Maingard qui refit confiance à Keagan Latham, celui-là même qui avait fait Ice Axe perdre son invincibilité dans la dernière édition de la Coupe d’Or.
En attendant Johan Victoire
Samedi dernier, c’était l’occasion de penser à l’avenir avec l’engagement d’un autre Français — ils ont été trois à être engagés par l’écurie ces dernières années — en la personne de Johan Victoire. Mais le destin a voulu que ce dernier n’obtienne pas son permis à temps et que parmi les Mauriciens disponibles figurait Jeanot Bardottier. Pour tous les initiés, ce dernier fait partie des meilleurs de sa génération et certains iront jusqu’à dire qu’il est le meilleur jockey local en action. Ce qui n’est pas faux mais ceux qui n’ont pas la mémoire courte n’avaient pas oublié la monte de celui qui était encore un apprenti en 2010 quand il avait été associé à Grobanite, un ancien de l’écurie Maingard. Une mauvaise monte qui avait débouché sur une suspension. Ricky Maingard ne l’avait pas oublié mais, entre-temps, le principal concerné avait mûri et il méritait qu’on lui accorde une nouvelle chance d’autant plus qu’ils n’étaient pas nombreux les cavaliers mauriciens disponibles samedi dernier.
Parlant des victoires acquises lors de la 16e journée, Ricky Maingard dira être content de la première réussite de Mayeven Chinapiel sur Captain James Cook. Ce dernier enregistrait à l’occasion sa deuxième victoire au Champ de Mars, lui qui demeure un cheval fragile des pieds.
« J’avais surtout dit à Mayeven de garder son sang-froid et d’attendre le moment propice. Je suis content qu’il ait pu enregistrer son premier succès au Champ de Mars.»
Sur cette course, il faut faire ressortir que l’apprenti choisit dans un premier temps l’option extérieure mais que sa monture n’obéit pas à ses ordres vu sa tendance à verser à l’intérieur. Par la suite, il put l’accompagner comme il se devait de l’être pour prendre la mesure de Good Time Charlie.
L’entraîneur a trouvé que Solar Captain fut battu par plus fort que lui.  «Vettel s’est montré le meilleur. C’est un cheval qui possède de puissantes foulées et il a été très bien monté. Solar Captain n’a pas à rougir de sa défaite. J’ai toujours été partisan des courses qui sont véritablement courues car c’est toujours le meilleur qui l’emporte.»
Du succès de Captain Tempest, battu par Posse Comitatus à sa dernière tentative, il a tenu à souligner que son cheval a cette fois fait usage de son pas pour mettre ses adversaires dans le rouge.
« Captain Tempest est le genre de cheval qui ne possède pas une puissante accélération. Mais il possède un très bon pas et c’est ce qui fait sa force. Ses adversaires sont contraints à sortir de leur pas et ne peuvent avoir le même rendement en fin de parcours.»
En ce qui concerne Day Of Reckoning qui était à sa reprise avec la compétition, l’entraîneur a trouvé que les conditions de course ont joué en faveur de son représentant.
« Le fait qu’ils sont allés vite devant a fait que Day Of Reckoning est celui qui a le mieux terminé. Avant la course ce n’était pas évident, surtout pour un cheval qui possède des jambes fragiles. Mais les circonstances ont été en sa faveur.»
Jeannot Bardottier, content de la confiance placée en lui

Jeanot Bardottier était à sa toute première semaine sans remise vu qu’il avait accroché sa 30e victoire lors de la 15e journée. Sur papier, les choses s’annonçaient plus difficiles car bien qu’il ne bénéficiait avant que d’une remise de 1.5 kg, cela l’aidait souvent à avoir le dernier mot quand il était opposé aux cavaliers étrangers. Ainsi, Jeanot Bardottier dira que s’il a pu obtenir les montes de l’écurie Maingard, c’est grâce à la confiance dont il a été l’objet de la part de Ricky Maingard mais aussi grâce à Rameshwar Gujadhur qui a touché un petit mot à son collègue entraîneur. Et Jeanot Bardottier s’en est sorti grandi et il a pu redorer son blason envers quelqu’un qui hésitait à lui faire confiance.
« J’ai simplement fait ce que l’entraîneur Ricky Maingard m’a dit de faire. Je termine la journée avec deux victoires et quelques accessits. Je ne peux qu’être satisfait de ma journée», dira-t-il d’emblée.
Jeanot Bardottier dut cependant atttendre la huitième course pour accrocher son premier succès. Une victoire sans bavure de la part de Captain Tempest qui se racheta brillamment de son échec de la 11e journée.
«J’avais juste à surmonter le handicap de mon mauvais couloir. En fait, ll est sorti assez facilement. Je n’ai pas eu besoin de le bousculer. Puis, il a couru détendu pour repartir de plus belle en fin de parcours. Je suis d’avis que c’est un très bon cheval.»
La victoire de Day Of Reckoning peut être considérée comme une petite surprise mais il avait un petit espoir de le voir réaliser une bonne course.
«Ce n’était pas vraiment une victoire attendue mais je lui donnais une petite chance. D’autant qu’en faisant les papiers de la course, j’ai découvert que c’est un cheval qui court bien sur la fraîcheur. L’avantage, c’est que j’ai bénéficié d’un bon train pour bien finir. Un train d’enfer même, je pourrai dire.»
Parlant de la course de Capitaine, il ne fait pas l’ombre d’un doute que le cavalier mauricien aspirait à mieux, voire la victoire si son cheval n’avait pas été victime d’une gêne en fin de parcours.
« C’est une course à ignorer. J’ai été gêné en ligne droite. Au cas contraire il aurait certainement mieux fait. J’étais pourtant convaincu de faire une bonne course mais Dame chance n’était pas de notre côté. »
Jeanot Bardottier s’est dit satisfait des performances d’Arabian Empire et de Rudi Rocks.
« Arabian Empire, c’est un one pacer et il faut continuellement le monter en course. Il a néanmoins fait une bonne course où il a été battu par meilleur que lui. En ce qui concerne Rudy Rocks, il s’était montré lent au départ mais a bien terminé son parcours. Cela semble être devenu une mauvaise habitude de rater sa mise en action.»