D’aucuns s’accordent à dire que l’écurie Merven se pose en tant qu’un sérieux prétendant au titre. Elle continue d’aligner victoire après victoire et affiche une constance renversante pour les accessits depuis le début de saison. En effet, vingt-neuf victoires et cent un placés ont été accrochés jusqu’ici. De la dernière journée, on retiendra la victoire de C Major qui s’est qualifié pour le Maiden, ce qui pourrait renforcer les visées de cet établissement pour le titre d’écurie championne.
C Major fut le lauréat autoritaire de la cinquième course, dotée de The Supertote Exotic Bets Trophy. Une victoire « facile et attendue » de ce fils de l’étalon britannique, Dupont, qui remporte ainsi son billet pour le Maiden.  
« On était confiant à l’écurie. Très confiant. Il a très bien suivi derrière le meneur et il est reparti quand je lui ai demandé. C’est une belle victoire. Il a prouvé qu’il est meilleur que Ghost Dog et qu’il a le droit de participer au Maiden. Justement, C Major est un vrai stayer et qui fera bien dans les courses classiques. Je sais aussi que c’est un coursier qui va encore progresser à l’avenir. Toutefois, il est encore un peu immature comme vous l’avez sûrement aperçu en début de course», a déclaré Cédric Ségéon.
De son coté, Patrick Merven s’est également dit confiant en les chances de C Major avant la course.
« Quand je l’ai vu dans le rond, j’avais dit aux propriétaires qu’il ne pouvait pas perdre. Il était resplendissant. Je savais que c’était une course qu’on ne pouvait pas perdre. C’est de bon augure pour l’avenir. Il nous avait un peu déçus au début, surtout lorsqu’on l‘avait muni d’oeillères. Ça nous a avait quelque peu refroidis.»
« Je trouve cette décision incompréhensible »
Toujours vu au dernier rang, Imperial Palace décida de forcer l’allure à l’extérieur, à 600 mètres du but, et se rabattit à la corde. Dans la manoeuvre, il gêna Direct Approach. Une fois rééquilibré en ligne droite, Ségéon sortit la cravache et accompagna sa monture qui rallia le but en premier. La joie du Français fut de courte durée lorsque le jockey Victoire logea une objection pour interférence. Les RS ont pris en considération la sévérité de l’incident, ainsi que la marge qui séparait les deux chevaux à l’arrivée (0.60L) et ont retenu l’objection. Ainsi, Imperial Palace fut rétrogradé à la deuxième place au profit de Direct Approach.
Invité à réagir sur cette décision, Cédric Ségéon se dit dubitatif.
« Je trouve cette décision incompréhensible, d’autant que Ball Park n’a pas été promu lorsqu’il a été gêné à 50m du but lors de la 23e journée. L’incident avec Imperial Palace s’est produit à 600m du but. A 600m ! Par ailleurs, le jockey Victoire n’a pas repris son cheval. Il a seulement checked. Alors je ne comprends pas.»
De son coté, l’entraîneur Patrick Merven devait rejoindre les propos de son jockey lors de son intervention télévisée après la course de C Major.
«  Cette rétrogradation m’est restée en travers de la gorge parce que la semaine dernière, Ball Park méritait d’être second vu qu’il avait été gêné dans la ligne droite et là on rétrograde un cheval à 600m du but. C’est incompréhensible ».
De Ruby King dans la quatrième course, le français dira : « Il a fait une bonne course dans un rating un peu plus élevé. J’ai pu suivre en bonne position avec une ligne convenable. Il a mis du temps pour enclencher mais il a fait un très bon finish dans les derniers mètres. Il a certes bien fini mais How Many To Won était déjà proche du but. »
En selle sur le favori de la septième course, à savoir Besugo, Ségéon accrocha la troisième place dans un champ de cinq chevaux.
« C’est un cheval qui aime beaucoup les barres et avec la ligne qu’on avait ce n’était pas possible de se mettre à la lice. On voit qu’au départ j’ai un peu forcé pour aller prendre la tête mais Lancewood a penché sur moi et j’ai dû reprendre mon cheval. C’est une couse à ignorer. »
Quant à Pilot et Winter Skye, ils ne furent pas capables de grand-chose dans les huitième et neuvième courses. Le Français se contenta de dire que le premier fut égal à lui-même et qu’on devrait revoir l’autre dans la mesure où il ne pouvait expliquer sa piètre performance.