Six victoires en un week-end. C’est la performance réalisée par l’écurie Merven. Après son quadruple de samedi qui lui a permis de remporter le championnat des palefreniers pour la deuxième année consécutive, elle ajouta le lendemain deux autres succès pour passer à la deuxième place au classement des écuries avec un total de Rs 3 688 000. Une performance six étoiles qui la place dans la course au titre. Cédric Ségéon, pour sa part, fait son entrée sur le podium avec treize réalisations à son actif.
Interrogé à sa sortie de la jockey’s room samedi dernier, le Français s’est dit certes satisfait d’avoir remporté le groom’s day mais rouspéta contre les Rs 25 000 d’amende que lui ont infligées les commissaires de courses.
« Je suis content mais pas trop. Je viens de prendre une amende de Rs 25 000. Pour moi, c’est une amende que je n’aurais jamais dû prendre. Je ne comprends pas. Mais globalement je suis satisfait. Notamment pour les palefreniers qui font un travail remarquable tous les matins. On sait tous que ce n’est pas pour des salaires mirobolants. Donc, en tant que dernier maillon de la chaîne, c’était important pour moi de bien faire aujourd’hui. Pas commettre de faute pour justement remporter le groom’s day pour une deuxième année consécutive. »
Le festival débuta avec Point Of Policy dans la première épreuve de samedi, longue de 1500m. Ce coursier, qui avait eu une course compliquée en épaisseur lors de sa précedente sortie, opta cette fois pour une course tranquille en quatrième position sur les barres. Cédric Ségéon choisit de déboîter sa monture à 400m du but pour se porter à la hauteur de son compagnon d’écurie, Ball Park. Dans la ligne droite, l’éventuel vainqueur dut s’employer jusqu’au bout pour devancer un Ball Park très accrocheur et résister au retour en trombe de Gymnast.
« Il a fait une très bonne course. On lui donnait une bonne chance et il s’est bien défendu. Il est très généreux dans la fourchette de valeur 0-25 », devait dire le jockey français.
Pour l’entraîneur Patrick Merven, la victoire de Point Of Policy et l’accessit de Ball Park furent bien évidemment source de satisfaction.
« On était relativement bien confiant surtout par rapport à sa dernière course avec Akash Aucharaz. Il avait 61 kg sur le dos ce jour-là et il avait fait toute la course en 3-wide. Aujourd’hui, il gagne une très belle course. On est très content.  Je m’attendais qu’il remporte cette épreuve. Il n’est certes pas un champion mais il y a mis tout son coeur. Ball Park a également fait une très belle course. C’est un cheval très difficile à piloter. J’avais demander à Rama de le monter hands and heels car il n’aime pas la cravache. Mais c’était très difficile une fois de plus pour lui. A un moment il a penché à gauche avant de pencher de nouveau à droite. »
La casaque bleu roy, V et toque gris brilla de nouveau lorsque Catch The Gers enleva facilement la troisième épreuve au terme d’une course menée de bout en bout.
« C’est un cheval qui doit impérativement être devant. Il y a des chevaux comme ça. Il y en a qui viennent de derrière tandis que d’autres ne feront bien que dans la course à l’avant. C’est le cas de Catch The Gers. Depuis qu’il court en début d’année, il a tout le temps tiré une mauvaise ligne. Aujourd’hui il a hérité d’un bon numéro dans les boîtes et la catégorie était largement à sa portée. Il a été généreux dans l’effort jusqu’au bout et on est très content de sa victoire. Ce n’est pas un champion mais dans sa catégorie il est très valable.»
Patrick Merven avoua, quant à lui, que c’était un résultat attendu.
« C’était notre meilleure chance de la journée et peut-être même la course la plus facile de la journée en général. Il était très bien Catch The Gers. Du reste dans le paddock, il était magnifique. »
En selle dans la cinquième épreuve, Swapneel Rama en profita pour inscrire son premier succès de la saison avec Winter Skye. Une fois en tête, ce fils de Western Winter ne fut jamais rejoint par ses adversaires. 
« Mon coup de coeur »
L’autre munition au fusil du Français, samedi dernier, avait pour nom Besugo. Pas revu en compétition depuis la première journée, le hongre bai brun décrocha la septième épreuve malgré une course plutôt compliquée en épaisseur.
« Pour moi, il était mon coup de coeur de la journée. J’étais très impatient de le voir courir et j’attendais beaucoup de lui. J’avais une mauvaise ligne et il a pris un départ plutôt lent. Après 400m de course je n’étais pas du tout dans une bonne position. Quand le jockey Naiko a repris son cheval, j’ai pris une demi-seconde pour décider si j’allais le reprendre ou continuer à avancer. Je me suis dit qu’il fallait néanmoins courir près du cheval à battre, en l’occurrence The Last Samurai. J’ai opté pour une course en one-off. J’étais persuadé de la classe de mon cheval. Je l’ai donc monté avec confiance. Je suis parti assez tôt. C’est un cheval qui a une grande action. Il l’a démontré lors de la journée internationale la saison dernière qu’il est un bon cheval. Malgré le fait que tous les aléas de la course furent contre lui, il a fait preuve de courage pour remporter une belle victoire,» a dit Ségéon.
L’entraîneur Patrick Merven a, lui, tenu à féliciter ceux qui travaillent dans l’ombre et qui contribuent énormément au rendement de l’écurie.
«  On a vraiment une équipe extraordinaire. Que ce soit à la mer, que se soit à Floréal ou à Port Louis. C’est vraiment une très belle équipe. Il n’a y pas de secret. Le secret c’est le travail. Je vais ajouter un petit mot spécial pour notre maréchal-ferrant Sébastien Poupard car Besugo s’était blessé au sabot et il a fait un superbe travail tout en nous disant de faire preuve de patience. Le temps lui a donné raison. »
La série devait continuer avec les victoires de King’s Guard et Bali Mojo dans les troisième et septième épreuves de la journée du Barbé, le lendemain.
Très bien placé en troisième position, côté corde et à l’extérieur de Halabaloo, King’s Guard attendit dans un tiroir avant de placer une accélération décisive dans la ligne droite finale.
« Sa dernière victoire contre Carson City fut très laborieuse mais le cheval avait beaucoup progressé. J’étais assez confiant mais quand je l’ai vu dans le rond, je me suis dit qu’il allait être un gros morceau pour les autres. Il est très bon cheval. Il donne le maximum. Gagner trois courses d’affilée en montant à chaque fois de classe, il faut le faire. Pour moi il était de loin notre meilleure chance de la journée », a déclaré Patrick Merven.