Muet lors du quinzième acte, le tandem Merven- Ségéon n’a pas tardé à se remettre dans le sens de la marche en s’adjugeant le deuxième épreuve du dernier rendez-vous. Avec le triomphe de Point Of Policy, l’écurie Merven porte son total à quinze victoires cette saison mais nourrira sans doute quelques regrets au vu des six accessits enregistrés au cours de la journée de samedi dernier.
On s’attendait sûrement à une meilleure moisson du côté de l’écurie Merven avec les récents vainqueurs que sont C Major et Soaring Free, de même que Lion’s Print et Besugo. Cédric Ségéon refusera toutefois de céder au défaitisme puisque selon lui, tous ses chevaux, à l’exception de Magic’s Magic, ont fait l’arrivée et cela ne peut qu’être de bon augure pour son établissement.
« En rentrant, Patrick m’a dit que j’avais de la chance d’avoir gagné sinon il m’aurait rapporté aux commissaires pour ne pas avoir suivi les instructions. Heureusement, j’ai des gens compréhensifs autour de moi. » Ces propos, Cédric Ségéon les a tenus à l’issue de la course de Point Of Policy. Et il semblerait que le Français se soit montré très inspiré sur ce coup-là en filant les rênes à sa monture pour déjouer la tactique de Durso sur Albert Dock. « La course s’est déroulée à l’inverse de nos plans aujourd’hui. Avec une bonne ligne, j’ai voulu courir proche du meneur et venir au finish. J’ai manqué le départ et je me suis retrouvé en one-off, un peu plus en retrait que prévu. J’ai vu que le cheval de Durso (NDLR : Albert Dock)  ralentissait vraiment beaucoup le train et mon cheval avait commencé à tirer. J’ai attendu la descente pour le laisser partir. Personne ne m’a suivi, ce qui a avantagé ma monture qui a pris le commandement sans efforts. J’ai bien temporisé et j’ai attendu la ligne droite avant de faire appel à son finish, » devait déclarer le cavalier français.  
On a quand même senti le Français quelque peu anxieux en fin de parcours. « Vers la fin, j’ai senti que mon cheval était en train de faiblir. C’est pour cela que j’ai jeté un coup d’oeil derrière pour voir s’il n’y avait pas un cheval qui revenait avec un strong finish. J’ai continué à cravacher et il a été courageux jusqu’au bout. Ce n’est pas un grand cheval mais il donne toujours le meilleur de lui-même dans cette catégorie, » devait indiquer Cédric Ségéon. En revanche, il ne faisait pas de doute pour Patrick Merven que Point Of Policy allait l’emporter, au vu de la faible opposition qui lui était proposée. « Comme Cédric l’a dit, ce n’était pas dans notre plan initial de courir à l’avant. On voulait qu’il reste caché en troisième ou quatrième position. Il a manqué son départ et a commencé à tirer quand Cédric l’a bounce. Il a pris la bonne décision en le sortant du peloton car Point Of Policy n’allait pas pouvoir finir la course ainsi. Je dois dire qu’on était assez confiant par rapport à ce lot-là. Dans une catégorie de 0-30 pour des chevaux qui n’ont pas gagné depuis plus d’un an, il avait un peu le style d’un Don’t Say Don’t. »
« Lion’s Print a couru sur sa vraie valeur aujourd’hui »
Cédric Ségéon est passé tout proche du doublé dans l’épreuve suivante avec Lion’s Print. Après avoir surclassé le champ le 10 mai dernier, le poulain de Patrick Merven s’était fait dompter par Urbi Et Orbi lors de la douzième journée. Cette performance avait d’ailleurs soulevé beaucoup d’interrogations à l’époque, mais il semblerait que les beaux jours soient de retour. Après avoir mené les débats, la monture de Cédric Ségéon s’est bien défendue, ne courbant l’échine que dans les derniers mètres face à Bright And Blue. « Lion’s Print a couru sur sa vraie valeur aujourd’hui. Il est battu par un cheval qui a gagné par plus de 6L à son avant-dernière sortie. Il n’a pas à rougir de cette défaite car il s’est battu jusqu’au bout. » Dans l’épreuve principale, le cavalier français a tenté un nouveau coup de poker mais il échoua de peu cette fois. « C Major était un cheval qui n’avait jamais fait la course à l’avant à Maurice. Comme il n’y avait pas de véritable frontrunner dans son épreuve et qu’il ne portait que 56 kgs sur le dos, on s’est dit qu’on allait tenter le coup. Cela a très bien marché, il fait une belle course. Il termine malheureusement à la deuxième place, battu par un meilleur cheval. »
La prestation de Besugo sera aussi un signe d’encouragement pour l’écurie Merven. Après une bonne course de rentrée, le hongre argentin a poursuivi sur sa lancée et aurait sans doute pu viser plus haut sans la gêne subie de la part de Rasheed. « Dans la course de Besugo, je pensais qu’Arabian Empire allait être un bon leader et je me suis mis dans sa roue. Je me suis décalé un peu car je voulais partir de bonne heure vu que Besugo est un cheval qui a besoin de distance. Malheureusement, Rasheed m’a donné un bon bump dans la ligne droite et cela ne m’a pas aidé, » devait soutenir Cédric Ségéon. Quant à Kruger Rand, il s’est mieux comporté, accrochant cette fois le dernier accessit. Selon notre interlocuteur, son cheval avait encore ses poils d’hiver et il n’avait peut-être pas encore atteint sa forme optimale. Il devrait cependant bien faire dans cette classe.
Le jockey français possédait aussi une belle carte à jouer dans l’épreuve de clôture avec Soaring Free. Victorieux à sa dernière sortie, ce sujet de Strike Smartly rencontrait cette fois un champ plus compétitif. Il n’a toutefois pas démérité, terminant à moins d’une demi-longueur de Blue Berry. « Soaring Free a fait une belle course. Il y avait deux frontrunners dans la course et on savait que si on se battait pour le commandement, cela allait être en faveur de quelqu’un qui vient de l’arrière. Quand j’ai vu que Deux Fabuleax était plus rapide, je me suis mis dans son dos et je l’ai bien suivi. J’ai lancé mon cheval aux abords de la route parce que je sais qu’il a une longue accélération. Malheureusement, pour nous, Blue Berry a aussi fait  une très belle course. Il a attendu les barres et a été plus chanceux. Cela a été un tight finish mais le cheval de l’écurie Maigrot a confirmé sa bonne forme du moment. »
Au final, la seule déception viendra de Magic’s Magic. Impressionant vainqueur sur le kilomètre le 3 mai dernier, le jeune coursier de l’écurie Merven peine depuis à confirmer. Très estimé par son entourage, Magic’s Magic demeure cependant un coursier très caractériel qui demande encore du temps pour s’acclimater à son nouvel environnement. Il n’a été qu’un simple figurant samedi. « Magic’s Magic est le seul cheval qui m’a un peu déçu aujourd’hui. Il est très difficile à monter mais je lui ai donné toutes ses chances. Je pense qu’il faudra peut-être le retourner sur le kilomètre car il n’a fait que tirer et pencher sur les 1400m. Les deux tournants n’ont pas été à sa convenance. J’ai fait toute la course en troisième épaisseur et cela lui a été très néfaste. C’est un cheval qui a besoin d’être tranquille derrière, et aujourd’hui il a tellement tiré que je n’arrivais pas à le retenir. Il était évidemment sans ressources à la fin. »