Discrète lors des précédentes journées, l’écurie Merven retrouva le sourire au terme d’un doublé obtenu le week-end dernier. Ruby King se chargea d’abord de montrer la voie samedi, avant que Double Dash en fasse de même le lendemain. Même si l’écurie a désormais mis une croix sur le titre, Cédric Ségéon se dit « content du week-end », tout en précisant que son écurie « s’est battue jusqu’au bout».
Auteur d’une fin de course spectaculaire lors de sa dernière sortie, Ruby King est venu démontrer que ce succès n’était pas le fruit du hasard. Comme la dernière fois, la monture de Ségéon suivit à l’arrière-garde et commença son effort avant tous les autres, ce à 450m du but. On le vit notamment progresser en troisième épaisseur jusqu’en ligne droite. Si Unbridled Joy lui offrit une belle résistance dans un premier temps, il ne put que constater la supériorité de l’éventuel lauréat, Ruby King, dans les derniers mètres de la course.
« A sa sortie précédente il a battu un bon cheval en Rear Admiral qui a gagné après. Quand j’ai vu une course à sept partants, malgré le fait qu’il avait hérité du plus mauvais couloir, je savais que je n’allais pas être très loin même s’il allait se trouver en dernière position. Evidemment, avant la course, les bruits de coulisses étaient que le cheval de M. Rousset, Nothing Compares, était très fort. Mais tout le monde sait que ce n’est jamais facile pour un nouveau de s’imposer à sa première course au Champ de Mars. On a tenté notre chance et il a bien répondu. Je dirai même qu’il a gagné plus facilement que prévu. »
« Doube Dash, le moins mauvais »
Le deuxième succès de l’écurie Merven se dessina le lendemain dans l’épreuve d’ouverture. C’est dire que dans un lot peu compétitif, une victoire de Double Dash n’était pas à écarter.
« C’est la première fois qu’il courait en 0-25. Il a été décevant à sa dernière sortie. Mais, cette fois, il a eu une course en or. Il a bien settled. La course était lancée sur de bonnes bases et en ligne droite il s’est avéré être le meilleur », a déclaré Swapneel Rama.
De son côté, l’entraîneur Patrick Merven, nous rejoint dans cette analyse à l’effet que Double Dash était « le moins mauvais de tous », tout en soulignant le fait que Act Of Valor a été surestimé au betting, à l’image de Nothing Compares la veille face à Ruby King.  
La journée de dimanche vit la participation de neuf autres coursiers de l’écurie Merven. Des huit restants, Cactus Wolf, Miesque’s Wonder, City Of Choice, C Major et Colour Quest furent des plus décevants. Pour revenir à City Of Choice, il serait bon de préciser qu’il s’est blessé en course. C Major trouva, lui, la compétition rude face à Intercontinental, Ice Axe et autre Rudi Rocks. Les autres, eux, n’ont pas vraiment d’excuses à faire valoir, outre le fait d’être des compétiteurs assez limités.
Un avis favorable sera cependant accordé à Bayard, Strike Master, Princeton et Keep Walking, lesquels ont tous pu accrocher un accessit dimanche.
« Je me demande pourquoi Hunting Time a couru de la sorte »
S’il y a bien une course qui reste en travers de la gorge de Cédric Ségéon c’est bien celle de Catch The Gers dans la dernière épreuve de samedi. En effet, le Français nous fit part de son étonnement de voir Hunting Time aux avant-postes.
« Il a été très gêné par Hunting Time qui n’a jamais couru devant de sa vie et qui vient par enchantement courir à mes côtés. Je me demande pourquoi ce cheval a couru comme ça vu qu’il a ensuite terminé sur les genoux. Ce n’était pas une très bonne tactique à mon avis. »
De Point Of Policy, Ségéon trouva « qu’il a eu une saison chargée mais reste généreux dans l’effort ». Il a prit la quatrième place dans la première épreuve.
Au sujet d’In Position, le Français qualifia sa course de « mauvaise », d’autant plus qu’il évoluait à deux échelons plus bas par rapport à sa dernière sortie.
Invité à réagir sur les performances de Kruger Rand et Makes Me Wonder,  Ségéon se contenta de dire qu’ils étaient « décevants ».
Sur le championnat, le Français a reconnu devoir jeter l’éponge, tout en mettant en lumière les réalisations de son écurie cette année, à savoir le championnat des quatre ans, un Groupe 1 et le sacre de Liquid Motion, le cheval de l’année 2013. Il devait également dire que c’était « dur d’échouer aussi près » et d’ajouter, avec un brin d’amertume dans la voix, « que cela aurait été pire de n’avoir jamais essayé de réussir».