A une journée du terme, la deuxième place du classement semble promise a l’écurie Merven, tout comme en 2013 où elle avait avait échoué de peu derrière Gilbert Rousset. Si l’état-major appréciera à juste titre le fait d’avoir une fois de plus accroché le podium, objectif avoué en début de saison, il déplorera aussi son manque de réussite dans les épreuves dites à fort enjeu, secteur dans lequel il n’y a pas eu de réelles améliorations cette année encore.
Il y avait pourtant des raisons d’espérer après la belle course de Living With Heart dans la Duchesse en avril dernier mais ce coursier est par la suite resté à l’état de promesses, tout comme Balse qui était un moment pressenti pour participer au Ruban Bleu. La désillusion fut cependant oubliée, grâce en grande partie à un effectif étoffé et l’apport de Cédric Ségeon qui a rempilé pour une cinquième année consécutive au Champ de Mars. Après un démarrage timide, le tandem Merven-Ségeon avait mis le pied sur l’accélérateur en réalisant un hat trick lors des septième et neuvième journées mais avait baissé d’intensité par la suite. La saison de l’écurie Merven décolla franchement à partir de la mi saison quand elle enregistra 11 doublés en 15 journées de compétition, performance qui permit du coup à Cédric Ségeon de se repositionner pour le titre de jockey champion. Le Français partage d’ailleurs la pole position avec Johnny Geroudis au crépuscule de la saison, les deux hommes totalisant chacun 36 victoires avant la tenue de la dernière journée de compétition.
Si Liquid Motion avait été la révélation de la saison précédente avec le titre de cheval de l’année à la clé, il revint cette fois à Kruger Rand de tirer son établissement vers le haut. Auteur d’une première saison moyenne, ce sujet de Goldkeeper a littéralement explosé en 2014 avec quatre victoires et trois accessits à son actif. Les nouvelles unités que sont Skippyjon Jones et The Pieman ont aussi apporté leur pierre à l’édifice avec trois victoires chacun tout comme l’ancienne garde composée de Lion’s Print et Princeton. L’écurie Merven semble donc bien armée pour 2015 mais le titre ne sera envisageable qu’en cas de recrutement d’une ou plusieurs unités de valeur au sein de l’élite.