L’écurie Merven a ajouté deux autres victoires à son compteur samedi dernier avec Gray’s Champ et Princeton. Si cet établissement est devenu le quatrième à passer la barre des Rs 8M, Cédric Ségeon a, lui, rejoint Johnny Geroudis en tête du classement des jockeys avec 26 victoires.
« Comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises, je suis là pour faire de mon mieux et faire plaisir à mon employeur. Du moment que mon écurie est contente et que je garde mon travail, je suis satisfait. Le titre n’est pas un but en soi. Si je le remporte ce serait bien car j’ai toujours été sur le podium depuis que j’exerce ici. Mais je vous le répète, ce n’est pas un but en soi. Plus on y pense moins il se concrétisera. Pour l’instant, je préfère me concentrer sur les dix journées restantes », a déclaré le Français. Mais notre interlocuteur sait pertinemment bien qu’il n’a jamais été aussi proche d’un titre de champion depuis qu’il exerce à Maurice, et avec l’effectif dont il dispose, il va sans dire qu’il va jouer le coup à fond. Comme ce fut le cas samedi dernier lorsqu’il s’est offert un autre doublé grâce à sa rage de vaincre.
La cravache française, qui avait de belles cartes à abattre lors de ce 31e acte, a dû attendre les deux dernières épreuves au programme pour se faire remarquer. Il a d’abord mené à la victoire l’outsider Gray’s Champ dans la huitième épreuve avant de récidiver dans l’épreuve suivante avec Princeton.
En net progrès derrière Tube Wave à sa dernière sortie, Gray’s Champ a confirmé sa belle santé du moment en ouvrant son palmarès au prix d’un bel effort. « Selon les chevaux, j’essaye d’établir des tactiques avec mon patron. Avec Kruger Rand par exemple, on avait décidé de rester derrière et de le monter au finish. Comme je le dis souvent, je m’adapte aux chevaux que je monte. Avec Gray’s Champ, je pensais que mon cheval avait besoin de partir. Parker était le cheval à battre et pour l’avoir battu avec Skippyjon Jones, je savais qu’il serait difficile à rattraper s’il se retrouvait libre devant. Aussi, vu que mon cheval n’a pas de pointe de vitesse, il fallait partir au 600m. Je savais qu’il n’allait pas s’arrêter mais qu’il n’allait pas me donner un coup de reins à la Kruger Rand non plus. Au lieu d’aller chercher les autres, c’était aux autres de venir nous chercher », a expliqué Cédric Ségeon.
« Gray’s Champ nous sera utile la saison prochaine »
Dans ses commentaires d’après course, Patrick Merven a tenu à saluer la bonne inspiration de son jockey. « Cédric ne cessait de nous dire qu’il aimait beaucoup Gray’s Champ. Il y avait Parker qui était une référence par rapport à sa dernière course derrière Skippyjon Jones. C’est Cédric qui a décidé où il fallait attaquer et ça a payé. Gray’s Champ est un cheval en qui on croit malgré ses problèmes de pieds. Denis l’a acheté en toute connaissance de cause mais le résultat lui a donné raison. Je pense que si on peut le garder sain, il nous sera utile la saison prochaine », a laissé entendre l’entraîneur.
Le doublé est intervenu par l’entremise de Princeton qui a démontré, si besoin est, qu’il est très performant par piste molle. Alors qu’on pensait que Deux Fabuleax avait fait le plus difficile, dans un sursaut d’orgueil émergea le coursier de la famille Ruhee qui vint lui souffler la victoire pratiquement au poteau. « La dernière fois c’est sûr qu’il avait besoin de cette course car il revenait après une longue absence. Cette fois, avec la pluie de vendredi soir, je savais qu’il allait avoir son mot à dire. A chaque fois que la piste est molle, Princeton fait l’arrivée », s’est réjoui Ségeon.
Le Français s’est dit très satisfait de la prestation de Skippyjon Jones dans la course principale à l’issue de laquelle son cheval prit la deuxième place à une longueur de Love Struck. « J’avais dit à mon patron qu’avec son avantage au handicap, Skippyjon Jones pouvait faire armes égales avec les Vettel et autre Love Struck. Il a été très combatif. Il ne faut pas oublier que Love Struck est une des meilleures acquisitions cette année. Je pense que mon cheval n’a pas à en rougir en terminant à la deuxième place. Comme je vous l’ai dit la dernière fois, on s’attend à de belles choses de Skippyjon Jones la saison prochaine ».