La course poursuite est définitivement lancée. Après un départ moyen, Patrick Merven et consorts semblent avoir trouvé leur vitesse de croisière comme en témoigne le beau triplé enregistré au cours du neuvième acte. Avec dix victoires au compteur et Rs 2,758,000 de gains, l’écurie Merven consolide sa deuxième place au classement et compte bien profiter de cette bonne dynamique pour refaire son retard sur l’établissement Rousset.
Les semaines se suivent et se ressemblent, serait-on tenté de dire du côté de l’écurie Merven. Après s’être adjugé quatres épreuves au cours du premier week-end de courses, le tandem Merven-Ségéon en a rajouté une couche samedi en remportant trois des neufs épreuves au programme. Il revint à Lion’s Print d’ouvrir le bal pour son établissement dans The Botanique Cup. Vainqueur à sa précédente sortie, l’élève de Patrick Merven avait été déclaré non partant du fait qu’il avait bénéficié d’un léger avantage au départ. Sa victoire de samedi ne souffre cependant d’aucune contestation puisqu’il a battu ses adversaires à la régulière, toujours à la faveur d’un départ canon. Son cavalier ne tarissait d’ailleurs pas d’éloges sur sa monture. « Lion’s Print a confirmé ses récents progrès, ce qui veut dire que sa dernière course n’était pas le fruit du hasard. Il prend un très bon départ et cela lui donne un avantage. Aujourd’hui sur 1850 mètres, je dois dire qu’il a gagné beaucoup plus facilement malgré l’état de la piste. Il donnait peut-être l’impression de ralentir à la rue du Gouvernement mais je savais que la course était déjà gagnée. Je lui ai mis un peu la pression dans la ligne droite avec un coup de cravache. Ce n’était pas utile mais il a répondu tout de suite pour se détacher et gagner facilement. Il est très versatile sur les distances puisqu’il peut mener à sa guise sur 1500m, 1600m et 1800m. »
Lion’s Print disposait d’une telle marge de manoeuvre à l’entrée de la ligne d’arrivée que la tentation aurait été grande de poser les rênes mais Cedric Ségéon n’a voulu prendre aucun risque. « On doit toujours faire attention parce que les courses sont jamais gagnées d’avance. Cela ne sert à rien de battre un cheval quand il a 25 mètres d’avance mais il faut être sûr de ne pas se tromper. Un jockey peut arrêter de pousser et se faire surprendre par un adversaire. Heureusement pour moi, cela ne m’est jamais arrivé. C’est pour cela qu’il faut bien double check. Quand j’ai vu que j’étais bien clear, j’ai laissé mon cheval tranquille et il a continué sur sa lancée pour gagner facilement. »
« Pour moi, il n’y avait pas faux départ la dernière fois »
Cette nouvelle démonstration de Lion’s Print n’aura pas étonné outre mesure Patrick Merven car il considère que cette victoire est une overdue win. « Lion’s Print a effectivement remis les pendules à l’heure. Pour moi, il n’y avait pas faux départ la dernière fois. Je le redis. Le cheval avait appuyé sa tête sur la porte. C’est la même chose qui s’est passée cette fois, il est plus rapide et il a ce petit «plus». Maintenant, on ne va pas se plaindre d’avoir un cheval qui sort vite. On m’a d’ailleurs dit qu’il fallait mettre un cadenas sur sa porte pour l’empêcher de sortir plus vite (rires). Je pense qu’il aurait dû signer sa deuxième victoire aujourd’hui. » Mais il tiendra toutefois à préciser que son coursier commence à gagner en maturité et qu’il avait affronté un champ relativement faible. Sa tâche sera plus compliquée maintenant qu’il monte de catégorie.
La quatrième tentative sera la bonne pour Arctic Sun. Aligné pour la première fois sur le kilomètre, ce fils de Western Winter a ouvert son compteur au Champ de Mars mais a tout de même dû sortir le grand jeu pour venir à bout de Winter Skye, son compagnon d’écurie.  Son jockey nous confiera qu’il nourrissait quelques inquiétudes par rapport au parcours du jour. « J’avais un peu peur de la distance pour Arctic Sun car c’est un cheval qui préfère les 1500m. J’avais dit qu’il allait certainement courir comme Magic’s Magic, à l’arrière au début de la course. Avec une bonne ligne, j’ai eu une bonne course sur les barres. J’avais le passage dans la ligne droite mais mon cheval était un peu réticent à s’engager. On voit qu’il met la tête de travers quelque peu. Une fois que je lui ai mis deux claques, il a très bien accéléré pour battre Winter Skye. C’était certainement le meilleur cheval du lot mais j’avais peur de la distance. Il nous a prouvé le contraire aujourd’hui et a très bien fait. De plus, je pense que c’est un cheval qui va progresser et mieux faire sur une plus longue distance. »
L’arrivée de l’épreuve se joua dans un mouchoir de poche puisque Arctic Sun et Winter Skye passèrent la ligne d’arrivée dans la même foulée mais Cedric Ségéon était optimiste sur ce coup-là. « Des fois,  on n’est pas trop confiant mais là je l’étais. Pravesh Horil était très content après le poteau car il pensait avoir gagné la course. Je lui ai dit que j’étais désolé parce que ce n’était pas pour cette fois puisque je pensais l’avoir devancé. Je suis tout de même très content pour Winter Skye. Il a fait de très mauvaises courses depuis le début de l’année et il a eu beaucoup de problèmes. Avec une bonne ligne, les 1000 mètres ont été une bonne distance pour lui. Il prouve ainsi qu’il peut encore être le Winter Skye des grands jours. Il a déjà gagné par cinq longueurs, donc on sait qu’il a de l’habileté. C’est bien de le revoir en forme après sa mauvaise course de la semaine dernière. C’est un cheval assez délicat mais on commence à le cerner et je pense qu’il va peut-être rester sur les 1000m. »
Tactique payante pour Catch The Gers
Le coup du chapeau fut réalisé par l’entremise de Catch The Gers dans The Saint Malo Cup. Une victoire à surtout mettre sur le compte du génie tactique du duo Merven-Ségéon qui optèrent de faire courir ce cheval en milieu de piste suite à la dégradation de la piste. « On a discuté avant la course pour décider s’il ne valait pas mieux courir en one off mais Cedric m’a dit que le terrain n’était pas bon et qu’il était préférable de courir au milieu. On a décidé d’en informer les commissaires au préalable parce que cela allait être mal vu si on perdait la course. Comme Cedric l’a dit, on a gagné mais on aurait pu tout aussi perdre. Toutefois, la décision était la bonne. Le cheval a aimé le bon going, » devait nous déclarer Patrick Merven à l’issue de l’épreuve. Cédric Ségéon abondait aussi dans le sens de son entraîneur car sa monture a ainsi pu mieux s’exprimer. « Avec Catch The Gers, je pensais que c’était une bonne chose de courir à l’extérieur avec sa huitième ligne. On a évidemment vu les commissaires pour savoir s’ils n’y avaient aucune objection avant la course. Ce n’est peut-être pas évident de le voir à la télé mais les 3 mètres à l’intérieur sont très mauvais et j’ai décidé de rester sur un going qui était neutre, qui n’avait pas été utilisé.  Il a dû couvrir un peu plus de chemin mais mon cheval avait une belle action, même si plusieurs chevaux sont revenus à son intérieur aux 400 mètres et l’ont même dépassé. Mon cheval a un grand coeur, je suis resté à l’extérieur et il est revenu à la fin pour gagner. »
Le résultat aurait pu être tout autre puisque Kentucky Sheik fit illusion à la corde dans les derniers mètres de l’épreuve mais le Français n’eut aucun doute quant à la victoire de son cheval.« Quand on prend une décision, il faut s’y tenir jusqu’au bout. Comme je l’ai déjà dit, elle peut être bonne ou mauvaise. Les gens ont des fois du mal à comprendre, mais là c’est une décision qui a payé. Je n’ai pas vu la photo-finish mais j’étais confiant qu’on avait gagné. Le cheval de l’intérieur était assez loin de moi et ce n’était pas facile à juger, mais je pensais qu’on avait gardé l’avantage. »  
De ses autres montes, Cedric Ségéon retiendra la performance de Shanghai Kid qui accroche le dernier accessit de l’épreuve de clôture. « Shanghai Kid a fait une course correcte. J’ai eu l’impression qu’il allait l’emporter au poteau des 400 mètres du fait qu’il s’était rapproché comme un gagnant. Malheureusement, il a penché dans la ligne droite. C’est un cheval qui est assez délicat et je pense que la  distance est un peu longue pour lui. Les 1500m paraissent être beaucoup plus dans ses cordes. » Une quatrième place également pour High Accolade qui n’aura pas démérité face à Always Flirting. Quand à Imperial Palace, il a eu nouvelle fois déçu, terminant à plus de onze longueurs du vainqueur.