Régulièrement dans le Top 4 ces trois dernières saisons (4e en 2012, 3e en 2013 et 2e en 2014), l’écurie Merven ne fait pas du titre comme une hantise en 2015. C’est vrai, Patrick Merven a longtemps flirté avec le sacre l’an dernier avant de céder au retour fulgurant de Paul Foo Kune dans la dernière tranche de l’exercice. Le podium demeure une fois encore son objectif, laissant la quête d’un premier couronnement comme du bonus.
L’absence de noms ronflants et une participation régulière dans les classiques ont fait défaut à ce groupe dans la course au titre 2014. S’il demeure toujours comme le plus gros établissement en termes de chevaux avec ses 48 coursiers, Patrick Merven garde les pieds sur terre. « Une fois encore, et cette fois compte tenu de la nouvelle configuration — saison réduite à 35 journées, exigences actuelles à la MRA — nous n’avons pas fait l’acquistion de cracks. Donc, notre absence pourra nous faire souffrir dans les grandes courses. Nous allons encore composer avec Skippyjon Jones, Liquid Motion, Krugger Rand et autre Donnie Brasco, dont l’épanouissement collectif a tiré l’écurie vers le haut la saison passée. Nous avons appris à bien gérer nos effectifs et nous espérons que les choses se passeront bien. Surtout avec moins de bobos à soigner chez nos chevaux ».
Patrick Merven évoque à nouveau une « poignée d’écuries qui seront dans la course aux lauriers 2015 ». Il estime que Gilbert Rousset, Vincent Allet et surtout Ricky Maingard avec le recrutement n’ont pas lésiné sur les moyens pour s’offrir des armes pour lutter jusqu’au bout. Tous ont changé de fusil d’épaule et de cravache avec Derreck David (Rousset), Darryl Holland (Allet) et Brandon Lerena (Maingard). « La qualité des effectifs de Ricky, armé d’un très bon jockey, est remarquable. Ce groupe demeure pour moi l’écurie à battre cette année ».
Cette écurie n’a pas eu à déplorer de gros pépins chez ses chevaux durant la présaison. L’entraînement s’est bien passé. « Nous n’avons que deux ou trois coursiers à l’infirmerie », avance encore l’entraîneur. Avec toujours Cédric Ségeon en poste pour une cinquième saison et cette année boostée par un titre de jockey champion à défendre, aidée à l’entraînement par Swapneel Rama, lequel a été rejoint en début d’année par Reehaze Hoolash et Ashik Oogur, la bande à Patrick Merven sera, quoi qu’il en soit, encore parmi les écuries  à surveiller cette saison. Du moins sur le papier.
« On ne change pas une équipe qui gagne. Cédric reste notre apport majeur. Nous avions calqué notre préparation pour une journée d’ouverture au 22 mars. Nous avons eu deux semaines supplémentaires. Nous ne sommes pas en avance. Encore moins nos plus sérieux concurrents. Pour moi, je fais d’une place sur le podium un objectif décent. Le titre sera le bonus», conclut Patrick Merven.