Certes, l’écurie Perdrau n’a jamais été dans la course au titre d’écurie championne, mais elle nous avait habitué à mieux que sa performance réalisée jusqu’ici cette saison. Avec une moyenne de 20 victoires, soit 15% de réussite, ces dernières années — avec un pic de 29 victoires pour 20% de réussite en 2011 —, elle se retrouve après trente-huit journées régulières avec seulement 14 victoires sur 127 entrées, soit 11% de réussite, et une modeste 10e place au classement général avec un peu plus de Rs 3M récoltées en termes de gains.
Ce résultat n’est pas vraiment surprenant dans la mesure où Alain Perdrau n’a pas eu sous la main un effectif étoffé cette saison. En effet, il n’a démarré qu’avec 20 éléments, soit le même nombre que le yard de Mahess Ramdin à l’époque. Grâce au soutien de ses membres, il a toutefois pu accueillir une dizaine de nouvelles unités dont la plupart ont pu tirer leur épingle du jeu. Cependant, l’écurie Perdrau n’a pas eu de nouveaux représentants dans les valeurs supérieures, Abington étant celui qui possède le Rating le plus élevé du yard. Cependant, ce cheval tout comme Bolting Cat, Southern Heights ou encore I Am What I Am, n’a pas souvent été aperçu en compétition vu qu’il a été confronté à des ennuis de santé. Avec un faible taux de participation, on ne pouvait s’attendre à des miracles de cet établissement. Ainsi, il y eut de longs passages à vides. Après 18 journées, le compteur n’affichait que 3 victoires. Ce n’est qu’à partir du vingt-et-unième acte que les victoires commencèrent à s’enchaîner. La trentième journée fut marquée d’une pierre blanche pour l’écurie Perdrau qui y ramena un triplé signé Maverick, Icy Jet et Barney Barnato. Les deux derniers nommés étaient pilotés par Rye Joorawon qui remplaçait depuis plusieurs journées déjà le Sud-Africain Keagan Latham qui n’aura finalement pu deliver the goods durant son séjour chez nous. Le jockey mauricien qui est actuellement en tête chez les locaux, tentera certainement de conserver son avance sur Nooresh Juglall qui peut encore  lui prendre son ticket de participation pour le week-end international, même si cette éventualité semble difficile. Alain Perdrau aura certainement à coeur également de terminer sa saison régulière sur une note victorieuse en attendant sans doute de changer son fusil d’épaule en 2014.