Broyant du noir depuis le début de l’exercice actuel, d’aucuns pensaient que Raj Ramdin et son jockey Jaures Marcialis allaient prolonger cette série de mauvais résultats. Pour cause, le duo n’avait pas vraiment de partants valables à l’occasion de la 7e journée. Mais, comme dit l’adage, tout vient à point à celui qui sait attendre et le premier succès est venu de Monsieurnando.
A priori, on accordait pas de grandes chances à Monsieurnando dans l’épreuve de clôture, dotée de The Great Gusto Plate. Primo, le hongre débutait sa campagne mauricienne directement sur un 1650m et deuzio, il allait croiser le fer avec Diamond Light et Ghost Dog. Toutefois, force fut de constater que Monsieurnando est fait d’un autre métal dans la mesure où il domina aisément ses adversaires du jour malgré une course en troisième épaisseur. Bien que contraint de galoper à flanc de peloton, le nez au vent, le partenaire de Jaures Marcialis porta son attaque à l’entrée de la ligne droite finale, tout en endiguant les efforts de Diamond Light à son intérieur pour ensuite filer droit au poteau.
En larmes à sa sortie de la jockey’s room, le jockey italien ne put s’empêcher de se jeter dans les bras de Guiseppe Parisi un des propriétaires du cheval. Certainement sa manière à lui d’extérioriser toute la pression accumulée depuis le début de saison.
« Ne pas remporter une seule victoire en six semaines était très dur car je me suis fait insulter. Cette victoire est une libération. Toutefois, je n’étais pas vraiment confiant en les chances du cheval. Mais la course s’est déroulée comme je le voulais. Il avait du reste très bien travaillé à l’entraînement. Sur ce qu’il a démontré aujourd’hui (ndlr : samedi), c’est un cheval qui fera encore parler de lui», dira un Marcialis visiblement très ému.
Quant à l’entraîneur de Monsieurnando, Raj Ramdin, il a tenu à féliciter son jockey et les propriétaires, ainsi que saluer la performance de son premier vainqueur de la saison.
« Je suis très heureux pour les propriétaires. Sans eux ce cheval n’aurait pas gagné car ils ont pris de gros risques en le faisant venir d’Italie. Je suis aussi content pour le jockey qui éprouvait du mal à s’adapter au début. Si vous avez de bons chevaux, ils feront définitivement de bons jockeys. Mais on ne peut pas demander plus que ça. C’est bien de gagner une course. Ca fait revenir la confiance. Quant à Monsieurnando, il ne faut pas oublier qu’il a fait deux barrier trials avant cette course. Pour moi, c’est l’équivalent d’une course dans les jambes. J’avais étudié sa fiche et j’ai constaté qu’il est un cheval de distance. C’est la raison pour laquelle je l’ai fait débuter sur 1650m. Dans le paddock le jockey m’a dit que c’est un cheval qui vient de l’arrière et qui a besoin de train. »
Outre Monsieurnando, Marcialis fut également en selle sur American Emblem dans la cinquième course. Parti lentement des boîtes, comme à son habitude, ce 8-ans s’octroya courageusement la quatrième place à l’arrivée. Selon son jockey, le parcours était trop long pour ses réelles aptitudes.  
« American Emblem est un très un bon cheval. Il ne faut pas le critiquer car je pense que la distance n’était pas pour lui. Je suis d’avis qu’il aurait mieux fait sur un 1000m.»
De son coté, Lancewood (Bhaugeerothee) devait également faire une course encourageante dans la septième épreuve. Toujours vu en septième ou huitième position, ce fils de Fort Wood amorça son attaque à 350m du but, à l’extérieur, pour terminer à la quatrième place derrière Prince Of Troy.
La course de Fearless Thomas fut moins plaisante que les autres. C’est le cas de le dire car ce cheval fut encore une fois lent au départ. Il fut ensuite contraint d’accélérer le pas et s’usa dans la descente lorsque Marday, son cavalier, jugea qu’il serait plus efficace en courant proche du pas. Une monte peu judicieuse en troisième épaisseur qui pourrait bien expliquer la septième place du cheval à plus de 6L du gagnant, Rulerofmyheart.