Johnny Geroudis carbure au super en ce début de saison 2014. Absent lors du meeting inaugural, le Sud-Africain a vite remis l’ouvrage sur le métier. En quinze montes en trois journées, il a signé sept victoires, ce qui lui donne un taux de réussite de l’ordre de 47%. Samedi dernier, il s’est offert un triplé et s’empare du fauteuil de leader des jockeys et demeure un des plus sérieux candidats à la Cravache d’Or de Robbie Burke, une issue finale au soir du 29 novembre 2014.
Obama-Albert Mooney-Rear Admiral : c’était le triplé de Geroudis lors de ce quatrième acte hippique. Mais c’est la victoire d’Albert Mooney, grandissime favori de la journée à Rs 150 chez les bookies, qui aura séduit le plus le jockey de Rousset.
« Last time he pulled very hard, he was fresh on the start of a new season. I must be honest, I was shocked that he got beaten. After that race, he has given us some good work. What you saw today (ndlr : samedi) is the true Albert Mooney. He brought his track work to the races and he really did everything right. He was very impressive. There was a couple of nice horses in the race. With 61 kg on his back, he lead the whole way and on the top of that, he kicked on in the straight, he was really impressive today. I think he is very versatile. He doesn’t need to be in front. As a matter of fact, I won on him from behind last year. It all depends on the circumstances of the race. We’ve got a lot of expectations on him this year. Hopefully continues like that ».
Ce succès, le premier d’Albert Mooney cette saison et sa quatrième en sept incursions au Champ de Mars, a aussi beaucoup plu à son entraîneur Gilbert Rousset. « Albert Mooney était beaucoup plus relaxe dans le paddock. Tout était en sa faveur cette fois et il a bien accéléré malgré sa lourde charge de 61 kg. C’est une belle victoire. Allons dire qu’il a fait oublier sa défaite de la première journée ».
Obama, piloté par le jockey dépanneur Benedict Woodworth lors des toutes premières hostilités 2014 et battu par Tube Wave ce jour-là, a parfaitement rebondi samedi dernier. À la grande joie de Johnny Geroudis. « Obama is difficult to judge in the morning but when it comes to racing, he brings all he has got. It was a competitive field but he got a soft lead which is obviously an advantage. They did come to him in the straight but he gave another gear to win a very good race. He proved when he is left alone in front that he is very difficult to catch ».
Le triplé de « JG » est venu de Rear Admiral dans l’épreuve de clôture. « Rear Admiral has got tons of ability. He’s like a big baby. You always have to make sure he knows what his job is all about. When he puts his best foot forward, he can gallop this horse. He is a very clever horse. If you stop on him, he’ll stop on you (laughs). I gave him a few smacks in the straight just to make sure he keeps his mind on the job ».
35,5% de réussite pour l’écurie
La journée de samedi dernier laisse toutefois un petit goût amer à Johnny Geroudis, pris dans les filets des Racing Stewards pour sa monte sur le favori Aspen Emperor, dominé par son compagnon de box et un des outsiders de la quatrième course, Bronco Buster. « It’s the first time he is going over 1600m. We are still learning about him, you know. May be today he got beaten by a better horse but he is a horse on whom I have high expectations », souligne le jockey.
De ses autres montes, il dira que « Green Keeper is no more the horse we knew a couple of years ago. May be we should retire him now ». The Flying Machine, qui découvrait le Champ de Mars, « was very green. He lost his position at about the 500 metres. He came back nicely in the straight. I think next time we should put the blinkers on ».
35,5% de réussite en quatre journées. Qui dit mieux ? C’est la performance réalisée finalement par l’écurie Rousset dont le compteur affiche déjà onze victoires en ce début de saison. L’écurie caracole aussi en tête au classement avec plus de Rs 2M en termes de gains.
La belle performance de l’écurie Rousset réside sur le travail effectué durant l’intersaison où l’assistant-entraîneur Soodesh Seesurrun a été au four et au moulin bien avant que les autres établissements ne reprennent sérieusement du service. Johnny Geroudis ne tarit pas d’éloges sur cet aspect et déclare sans ambages que « the horses have had a tremendous summer » et que tout le crédit doit revenir à « Soodesh and the team who did a very good job with the horses. We couldn’t ask for a better start of the season. »
Ce serait aussi bon de mesurer le pourcentage de réussite de l’écurie Rousset, qui a aligné 31 chevaux pour onze victoires, quatre deuxièmes places et sept troisièmes places. Ce qui fait que seulement 9 chevaux n’ont pas terminé dans l’argent jusqu’ici.
En parlant de ses victoires, on retiendra celles obtenues par Polar Royale (1re journée) et Albert Mooney (samedi dernier). Ces deux chevaux peuvent être considérés comme les stars de l’établissement, même si quelque part il est encore trop tôt. Mais, toujours est-il que Polar Royale, en dépit du fait d’avoir été ardent et aussi un peu green le 22 mars dernier, avait néanmoins trouvé les ressources pour laisser sur place ses adversaires et l’emporter dans un fauteuil, tout en réalisant 1’23”88 sur 1400m. Un meilleur chrono que celui de Tandragee cette semaine. En ce qui concerne Albert Mooney, il a quelque peu fait oublier sa défaite lors de la journée inaugurale, même si on doit reconnaître qu’il avait été aligné dans une valeur inférieure cette fois.