Jack Bizlall a présenté hier, au centre social Marie Reine de la Paix, à Port-Louis, les candidats au scrutin du 10 décembre prochain de l’Entente pour la Démocratie parlementaire (EDP), un mouvement politique nouvellement créé qui regroupe une douzaine d’organisations citoyennes et syndicales, d’ONG, de mouvements politiques ainsi que des travailleurs sociaux et des personnes qui se présenteront à titre individuel. Le nouveau mouvement se propose d’offrir une alternative aux partis politiques traditionnels.
Entouré des candidats de l’EDP, Jack Bizlall explique d’emblée qu’il travaille depuis 2009 pour proposer une alternative aux partis politiques traditionnels. « Bann parti politik tradisionel ena enn striktir piramidal, kot lao ena enn Leader. Zot ferm lor zot mem e tou santre lor leader-la. Navin Ramgoolam inn fini PTr, MMM se zis Bérenger e MSM se fami Jugnauth. Nou pe vini pou ranvers tou sa ».
L’EDP est un regroupement d’une douzaine d’organisations citoyennes et syndicales, d’ONG, de mouvements politiques, ainsi que des travailleurs sociaux et des personnes qui se présenteront à titre individuel, « où chacun garde son individualité », souligne Jack Bizlall. « Nou rasanble maksimum dimounn posib e fer zot partisip dan enn mouvman politik depi la baz-mem ». Il précise : « Kot nou, pena enn leader ki dirize ek lezot swiv. Nou bann kandida ki pou eli dan Lasanble nasional pou enn refle de tou bann sansibilite lepep Repiblik Moris, enn vre demokrasi parlmanter ».
L’avocat José Moirt, également candidat de l’EDP, a pour sa part tenu à faire la distinction entre la IIe République que prône ce mouvement politique et celle que propose l’Alliance de l’Unité et de la Modernité. « La IIe République de l’alliance PTr/MMM est une république semi-présidentielle où le Président Navin Ramgoolam et le Premier ministre Paul Bérenger se partagent entre eux seuls les pouvoirs qu’ils prennent de l’Assemblée nationale, instance suprême de la représentation du peuple. Ce qui représente un recul de la démocratie qui se fait au détriment de la population, que nous allons combattre légalement. En revanche, notre projet de IIe République est une république parlementaire, d’où le nom de notre mouvement. C’est un renforcement des pouvoirs de l’Assemblée nationale, donc un véritable approfondissement de la démocratie ».
Pour José Moirt, les partis politiques traditionnels recherchent uniquement le pouvoir, les privilèges et les avantages. « Zordi pei malad. Nou nepli kapav kontigne koumsa. Ale vini, mem zafer, mem soufrans. Kan zot vot nou kandida, nou oule ki bann elekter donn valer zot vot », a-t-il insisté. Jean-Noël Sandian et Jameel Perally, deux travailleurs sociaux, ont tous deux expliqué leur engagement citoyen.
Jack Bizlall a annoncé le lancement prochain d’un journal qui expliquera leurs idées. « Nous allons faire de la politique autrement en expliquant nos idées et dans le respect de tout le monde, sans attaques brutales », a-t-il précisé.