Depuis l’an 2000, Social, Cultural, Arts and Self Academy (SCAS) tourne le dos à l’école publique, à la compétition et propose des méthodes alternatives aux élèves du primaire et du secondaire pour un développement intégral de l’enfant qui met l’accent sur le savoir-faire et le « savoir être ».
Cette académie et ONG de Surinam compte pour l’instant 75 élèves hors des murs de l’école et des heures de classe. Pas de surenchère ou d’enfance sacrifiée, mais un travail acharné. Un exemple de bonne éducation artistique en dehors de l’école. C’est à ce prix que les enfants monteront leur spectacle annuel « Salut l’artiste », une réalisation artistique le 22 avril 2017 au Indira Gandhi Centre for Indian Culture, Phoenix à 16 heures.
A la rue Appadu, à Surinam, les enfants s’entraînent, avec leurs formateurs, a différentes activités artistiques dont la danse, le théâtre, le chant, les lettres, la musique, mais aussi des activités sportives hors concours, la natation, etc.
La SCAS Academy a ouvert ses portes en 2000 et pour l’instant cette école alternative évolue lentement en fonction de leurs propres ressources et connaissances.
« Et si tout devient art ? notre quotidien, etc. », nous dit Barlen Saminaden, le fondateur du projet. Ancien enseignant de l’école publique, il s’est lancé dans un projet fou : créer une école qui ressemble à ses idéaux. Là où il travaillait avant était trop centré autour de la compétition pour satisfaire aux attentes des parents. En créant l’école de ses rêves, Saminaden réinvente le quotidien des parents et des enfants, contribue à la formation de leur personnalité. Le principal, nous dit-il, c’est d’amener les parents et les enfants à la réflexion, se dépasser à travers l’art.
Cet art du débat, de la réflexion est développé pendant les séminaires proposés autour d’un tel « la famille » à Pointe-des-Roches ou à Pointe-Jérôme. Ces centres sont ouverts aux parents et enfants pour plus de loisirs et d’activités créatives.
« 4 jours à Pointe des Roches 1995 – Un camp de vacances inédit, précurseur d’une douce révolution éducative, mieux : une révolution sociale qui s’annonce… ». C’est un beau concept difficile au début, mais jamais frustrant pour SCAS, établissement non qui constitue une école alternative pour les enfants de la région sud de Maurice, Surinam, Rivière-des-Anguilles, Souillac, Chemin)Grenier. On aide les enfants à avoir confiance en soi et à vivre leurs passions pour les arts.
Les formateurs sont eux-mêmes issus de l’académie. Formés sur mesure pour répondre aux besoins et aux choix des élèves, ils ne subissent aucune pression. Ils ont le temps et peuvent choisir ce qu’ils veulent apprendre.