L’Assemblée générale annuelle de la Government Teachers’Union (GTU) se tiendra le samedi 16 mars au L.E. Fabien Teachers’Centre, Quatre-Bornes. Des élections pour le renouvellement du board étaient aussi prévues ce jour-là, mais aucune candidature n’a été enregistrée à la date limite. Le président Vinod Seegum invite tout de même les membres à être présents pour ce « rassemblement familial. »
« Les élections à la GTU ont toujours un côté folklorique. Le 16 mars, nous ferons tout pour retrouver cette ambiance même s’il n’y a pas d’élections », insiste Vinod Seegum. Le président de la GTU affirme qu’il ne craint pas une absence de quorum pour la tenue de l’Annual General Meeting (AGM), mais qu’il tient à ce que les membres participent à ce « rassemblement familial ».
L’absence de candidatures pour les nouvelles élections prolonge le mandat de l’équipe en place. Vinod Seegum affirme toutefois qu’il aurait préféré passer par des élections parce que c’est mieux de diriger en étant élu. Tout de même, l’absence de candidats est aussi synonyme d’absence de contestation, rappelle-t-il.
Par ailleurs, la GTU a constitué récemment, une aile féminine comme réclamée par Education International, la fédération internationale des syndicats des enseignants. Celle-ci a pour présidente Kavita Ramdeekul.
La GTU s’est aussi exprimée sur le Diploma in Educational Management (DEM), dispensé par le Mauritius Institute of Education (MIE) et en suspens depuis quelque temps. « Il paraît que le ministère des Finances n’a plus d’argent pour cette formation. Nous sommes d’accord pour que les enseignants payent un registration fee afin qu’on puisse aller de l’avant avec ce cours devenu indispensable pour la promotion comme maître d’école. Il y a actuellement 500 à 600 personnes en attente. Une motion dans ce sens sera présentée à l’AGM. »
Dans le même souffle, la GTU soutient la formation de Bachelor in Education qui « permettra aux enseignants du primaire d’avoir leur degree ». Toutefois, Vinod Seegum dit attendre les modalités de cette formation et qu’une fois de plus, les enseignants payent le registration fee si nécessaire.
D’autre part, le président de la GTU défend les enseignants faisant face à des allégations d’actes indécents à l’école d’Henrietta. Selon lui, il ne s’agit que de « fabulations » de la part des parents. Il affirme que le syndicat envisage même de poursuivre ceux concernés s’ils persistent dans cette voie.