Quelque 300 élèves du Charles Telfair Institute ont reçu leurs diplômes et certificats lors d’une cérémonie tenue le 22 avril au Trianon Convention Centre. L’invité d’honneur était Afsar Ebrahim, Deputy Group Managing Director de BDO & Co. Cette cérémonie a aussi été marquée par le Merit Award attribué à Rishi Raj Gujadhur, qui en dépit de son fauteuil roulant a fait preuve d’une grande assiduité dans ses études. Il a aussi reçu le trophée de Best 2015 Challenger Institute of Technology Diploma of Software Development décerné par le Food and Allied Group.
Les étudiants récompensés lors de cette cérémonie étaient des filières Management, Marketing et Software Development. Les étudiants en TAFE ont reçu diplômes et certificats du Central Institute of Technology et du Challenger Institute of Technology d’Australie.
Le Charles Telfair Institute a aussi récompensé son premier groupe d’élèves à avoir complété leur Bachelor of Business Management and Leadership. Le Challenger Institute of Technoloy a par ailleurs récompensé 15 étudiants en Human Resources Management, 101 en Management, 22 en Marketing, 15 en Software Management, 29 en Early Childhood and Care et 17 en Community Services Work. Vingt-quatre étudiants en Graphic Design et 19 en Interior Design and Decoration ont reçu leurs diplômes de Central Institute of Technology.
 
NINE-YEAR SCHOOLING : Des collèges privés paralysés
Des collèges privés à travers le pays ont fonctionné au ralenti hier, après le mot d’ordre lancé par le syndicat des employés de ce secteur : l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE). “Au collège Patten 100 % du personnel ne s’est pas rendu au travail et l’administration n’a eu d’autre choix que de renvoyer les élèves. Même à Agalega, les enseignants ont fait un sit-in durant les quatre premières périodes”, a déclaré Yayah Paraouty, le président de l’UPSEE, à Scope. Pour ce dernier, le message qu’a voulu transmettre l’UPSEE à travers ce mouvement de boycott pour contester le Nine-Year Schooling est passé. En effet, le syndicat qui s’interroge sur la pertinence de la mixité, l’avenir des enseignants du secteur prévocationnel, le transfert des enseignants, entre autres, déplore l’absence de consultations avec le ministère de l’Éducation sur le projet à venir. Si de nombreux employés, enseignants et non-enseignants, ne se sont pas rendus sur leur lieu de travail hier matin, en revanche certains n’ont pas suivi le mot d’ordre. L’UPSEE compte environ 3 000 membres et à l’heure du bilan, le syndicat saura si cette action pourrait être éventuellement une première étape vers un mouvement de contestation d’envergure. Et ce, en attendant le grand rendez-vous du 20 mai prochain dans les rues de Port-Louis.