Le rapport de l’Audit vient confirmer ce que les Head Masters des écoles primaires et les inspecteurs du ministère claironnent chaque année au sujet de l’Enhancement Programme (EP), présenté lors de son introduction en 2010 comme une alternative aux leçons privées : le désintérêt des élèves concernés et de leurs parents.
Au départ, l’EP concernait uniquement les élèves de Std IV, mais par la suite le ministère a inclus ceux de Std III à ce cours. « Since its inception, this innovative Programme has not obtained widespread parental support and acceptance », dit le rapport, qui met en exergue le manque d’intérêt à ces cours qui, rappelons-le, se déroulent après les heures normales d’école. D’une part, un grand nombre d’élèves n’adhèrent pas à ces cours et, de l’autre, ceux qui s’y sont inscrits ne sont pas réguliers. Pour l’année scolaire 2012, une moyenne de 28% d’élèves de Std III et une moyenne de 32% en Std IV n’avaient en effet pas opté pour l’EP en début d’année. Ce désintérêt, selon l’Audit, s’est accru l’année suivante, passant à 32% et 37% respectivement. « This already gives an indication of the lack of interest of both parents and pupils in the Programme.» Selon le rapport, les raisons avancées dans les milieux des écoles pour expliquer cette diminution conséquente de présence sont : le refus des parents, des problèmes de transport, le retour tardif à la maison, les cours de religions et le “parents’assistance/guidance at home”.
Et pourtant, souligne le rapport, le ministère n’a pas lésiné sur les moyens financiers pour ce programme d’accompagnement scolaire. « Depuis 2010, les dépenses ont augmenté chaque année. En incluant la Std III en 2011, les dépenses ont enregistré une augmentation de 71,3%. For the four academic years 2010 to 2013, some Rs 161,7 millions had been disbursed by the ministry on this programme. » Mais malgré l’augmentation du budget, les cours de l’EP ne se sont pas déroulés dans les conditions requises. Le rapport souligne par exemple le manque de personnel pour les activités non-académiques tandis que les enseignants ont continué à enseigner selon les méthodes traditionnelles. « There was no evidence that Educators in EP classes were encouraged to use IT tools such as laptops, projectors and computers to enhance teaching and learning methods or whether they were still using the traditional way of teaching. »
L’autre point saillant du rapport de l’Audit pour l’Éducation a trait à l’entretien des écoles primaires et secondaires, qui est confié à des compagnies de nettoyage du privé. « The performances of the two Service Providers were adversely reported by most Primary Government Schools and State Secondary Schools (SSS) to the Directorate Zones 1, 3 and 4 (…) Despite several complaints received on the poor level of performance of the Service Providers, the Ministry has, at the expiry of the first year of contract on 17 June 2013, renewed the contracts with Service Providers A and B for a further period of 12 months », est-il précisé à ce sujet.