C’est un aspect de la réforme dont on n’a pas beaucoup parlé. Menon Munien, représentant du ministère de l’Éducation au symposium sur la langue, l’a fait ressortir hier : le kreol morisien fera son entrée au collège en 2018. Dans ce contexte, cette matière comptera pour les examens nationaux de Grade 9 (Form III). Le ministère de l’Éducation et le Mauritius Institute of Education (MIE) travaillent déjà sur la question.
Le premier examen national de kreol morisien a eu lieu cette année pour les élèves de Std IV. Quatre ans après son introduction à l’école, la langue maternelle est passée à un autre niveau, se positionnant sur un pied d’égalité avec les autres langues enseignées au primaire. Dans le cadre du projet de réforme de l’éducation, où la basic education passera à neuf ans, le kreol fera son entrée au collège. Menon Munien l’a fait ressortir hier, lors du symposium sur la situation de la langue kreol dans les institutions de la République et à l’école. « En 2020, le kreol comptera pour les examens du National Trade Certificate in Education au Grade 9, ce qu’on appelle aujourd’hui la Form III. Le ministère est en train d’élaborer une structure officielle et le MIE travaille déjà sur le programme d’étude ».
Sollicité par Le Mauricien pour plus de détails sur ce projet, Menon Munien a déclaré que la présence du kreol morisien au collège s’inscrit dans une suite logique du travail déjà commencé. « Cette année il y a eu les examens de Std IV, l’année prochaine les élèves seront en Std V et en 2017, le kreol morisien sera parmi les matières programmées pour le Primary School Achievement Certificate (PSAC) qui remplacera le CPE ».
Les élèves retrouveront cette matière en passant en Grade 7, actuellement Form I. « Avec le Nine-Year Schooling, le programme est étendu jusqu’en Grade 9. Le kreol morisien sera proposé comme une matière optionnelle comme c’est actuellement le cas pour les langues ancestrales en Lower Secondary ». Menon Munien précise également que la langue maternelle sera proposée à tous les élèves et non seulement à ceux qui n’auront pas réussi. Dans ce contexte, il n’a pas été en mesure de dire si le programme PrevokBEK utilisé dans certains collèges catholiques pourrait servir d’inspiration pour élaborer le programme. « Le MIE travaille sur un programme », a-t-il ajouté.
Le point regrettable de cette intervention de Menon Munien est le fait qu’il n’a pas pu fournir des chiffres sur les résultats du premier examen national de Std IV. Ce qui aurait donné une indication sur la performance des 17 620 enfants ayant pris part à cet examen. « Nous attendons d’avoir les résultats de toutes les écoles pour les compiler. Je pense que d’ici la semaine prochaine, nous aurons un résultat global », a-t-il indiqué.