Avec la disqualification de près de 1600 élèves pour accéder en Lower Six, après la proclamation des résultats du School Certificate, la Plateforme Militante demande la réorganisation de la filière technique et de la formation professionnelle. Et ce, pour permettre à ces jeunes d’avoir droit à une éducation de qualité. « Vu les enjeux sociaux et économiques, l’État a le devoir d’assurer le respect de ce droit », insiste la nouvelle plateforme qui animait vendredi dernier une conférence de presse sur la nécessité de réformer le secteur technique.

Pour appuyer sa demande, la Plateforme Militante, qui a pour animateur l’ancien ministre de l’Éducation Steve Obeegadoo, rappelle que les derniers résultats du School Certificate tout comme ceux du Higher School Certificate démontrent une baisse dans la performance des candidats. Si l’abolition des frais des cours dans les institutions tertiaires publiques est saluée, en revanche, la Plateforme Militante a indiqué que cette nouvelle politique « n’est pas nécessairement équitable. » 

D’où sa demande pour que les collégiens prennent part à l’examen national en Grade 10 (Form IV) au lieu qu’en Grade 9 (Form III), pour canaliser ceux qui ne concourront pas au School Certificate vers un établissement du MITD pour une formation gratuite en fonction des besoins du marché du travail et menant à un diplôme, pour remplacer les examens de SC par ceux de O-Level tout en maintenant les critères d’accès au HSC-A Level et à la fonction publique sans toutefois l’exigence du critère one and same sitting dans les conditions d’éligibilité en recrutement.

La plateforme suggère un accord de partenariat entre des institutions étrangères et les établissements polytechniques appelés à offrir des cours gratuits sanctionnés par un diplôme équivalent au HSC/A-Level donnant la possibilité à leurs détenteurs d’accéder à des postes de cadre intermédiaire. Et le remplacement des examens menant au HSC par ceux de A-Level.