Photo Archives : le siège de la PSEA à Beau-Bassin

Avec la fin du deuxième trimestre, le vendredi 19 juillet, pour les vacances scolaires de juillet/août, les responsables des collèges privés, pour leur part, ne seront pas pour autant en vacances. Ils sont occupés à remplir les documents administratifs en vue du renouvellement de la “registration” de leur personnel pour l’année scolaire 2020.

Selon la loi, ils doivent soumettre leur demande à la Private Secondary Education Authority (PSEA) au plus tard le 31 juillet. Mais l’autorité de Beau-Bassin a demandé aux écoles de lui fournir dès cette année certaines informations relevant de la pédagogie et qui sont d’habitude fournies aux autorités concernées en début d’année scolaire.

Cette année la PSEA a demandé aux écoles d’annexer à leur demande de “renewal of registration” les détails concernant le programme pédagogique pour chaque matière et pour chaque semaine pendant l’année scolaire 2020. « Il n’y a pas de vacances pour nous avec les tonnes de paperasses à remplir et qu’on doit soumettre à la PSEA », dit d’emblée un chef d’établissement. « D’habitude, au début de l’année, la PSEA nous demande de donner le programme pédagogique pour chaque matière par trimestre, mais cette fois, ils veulent des précisions pour chaque semaine scolaire.

Ce qui fait beaucoup de paperasses administratives. Nous nous demandons si les officiers de la PSEA auront le temps d’examiner les informations fournies par 80 collèges privés “grant-aided”. Ou veulent-ils tout simplement nous embêter ? » lance avec agacement le recteur d’un collège des Plaines-Wilhems.

Outre le contenu du programme pédagogique, chaque semaine, la PSEA demande aussi aux collèges de dire dès maintenant les dates auxquelles ils comptent organiser les exercices de contrôle continu pour chacune des matières.

Plusieurs chefs de département font remarquer que le programme d’étude du premier trimestre est souvent décalé en raison des jours de congé imprévus pour cause de mauvais temps et, selon eux, il faudrait une certaine souplesse par rapport au déroulement du programme d’études. Ils craignent que les inspecteurs de la PSEA ne tiennent pas compte des événements inattendus durant l’année scolaire et leur reprochent ensuite de n’avoir pas respecté le programme d’étude pour telle ou telle semaine. « Certains officiers de cet organisme sont prompts à écrire des rapports négatifs sous prétexte que telle ou telle école n’a pas respecté les règlements, sans tenir compte des situations qui sont indépendantes de notre volonté », s’indignent des recteurs et des chefs de départements.

Par ailleurs, le ministère de l’Education a soumis durant la semaine écoulée aux écoles d’État le nombre de classes par matière chaque semaine pour les différentes classes en 2020, c’est-à-dire de Grade 7 (incluant l’Extended Stream) au Grade 13. Ainsi, il y a un total de 45 “periods” par semaine pour chaque élève, ce temps alloué incluant les cours non académiques, notamment “Physical Education”, “Library”, “Music & Performing Arts”, “Life Skills & Values”, “Social & Emotional Skills/ Well being”.