L’Aligarh Muslim University Alumni Association (Mauritius) célèbre la semaine prochaine le bicentenaire de la naissance de sir Syed Ahmad Khan, fondateur de l’Aligarh Muslim University (AMU), classée 3e université indienne et où ont étudié plus de 200 Mauriciens ces trois dernières décennies. Bashir Taleb, président de l’association, a donné les détails de cette activité hier.
Parmi les principales activités qui marqueront cet événement du 15 au 18 juillet : exposition de peintures, calligraphies, photographies et sculptures, récitals de ghazals par le célèbre chanteur Johnny Foster et conférence du Dr Farhatullah Khan, professeur émérite du département de l’anglais de l’AMU. « Sir Syed Ahmad Khan a vécu entre 1817 et 1898 et est mort à l’âge de 81 ans. C’était un grand visionnaire ayant contribué à la résistance indienne face aux colons britanniques. Il a bâti cette université calquée sur le modèle de Cambridge et d’Oxford, où il a passé plusieurs mois. Il a tenu à ce que les étudiants de l’AMU étudient en anglais et dans d’autres langues car il pensait qu’un des moyens de combattre l’envahisseur britannique était l’éducation », a expliqué Bashir Taleb. Selon lui, sir Syed Ahmad Khan était un éducateur, politicien et réformateur islamique dont les travaux ont inspiré toute une génération de musulmans et qui amena le “revival” de l’islam indien à la fin du 19e siècle. « L’AMU est le berceau de la langue ourdou dans le monde », a-t-il fait ressortir.
Poursuivant, le président de l’association a indiqué que plusieurs personnalités indiennes venant des différentes facultés de l’AMU (ourdou, médecine, anglais, droit et autres) sont attendues pour les deux jours que durera la conférence. Un “First Day Cover” sera aussi lancé à cette occasion par la Mauritius Post. « Nous avons voulu avoir la participation du vice-président de l’Inde, Hamid Ansari, qui est un alumni de l’AMU. Il a aussi enseigné dans cette université et a été son vice-chancelier, mais il ne pourra faire le déplacement », a-t-il dit.
Actuellement, 13 Mauriciens étudient les langues, la psychologie, l’ingénierie et l’islamic studies, entre autres, dans cette université. « L’AMU est ouverte aux étudiants de toutes les confessions religieuses », a indiqué Bashir Taleb, précisant que les Mauriciens non musulmans sont nombreux à avoir étudié dans cette université, citant au passage quelques noms.