Le Lycée La Bourdonnais a célébré son soixantième anniversaire mercredi dernier à Forest-Side. Une grande cérémonie protocolaire a eu lieu avant de laisser place à une mini-pièce de théâtre retraçant l’histoire de l’établissement. Dans son allocution, le ministre de l’Éducation Vasant Bunwaree a mis l’accent sur l’exemple qu’est le Lycée La Bourdonnais pour les autres établissements de l’île. Également invité, le Premier ministre n’a pu être présent.
La cérémonie protocolaire a aussi été l’occasion d’annoncer la mise en place à partir de septembre d’un baccalauréat hôtellerie et d’une formation post-bac intitulée Bachelor d’études politiques ou Licence d’administration publique délivrés par l’Institut d’Études Politiques d’Aix-en-Provence.
Cette formation d’une durée de trois ans permettra la poursuite d’études en Master d’études politiques à Sciences Po Aix, ou à la Chambre de Commerce de Maurice. Les étudiants pourront également postuler pour d’autres Masters en France et en Europe.
La formation est ouverte à tous les bacheliers de l’Île Maurice et des établissements à programme français de la zone Afrique australe et océan Indien, mais aussi à des étudiants ayant suivi un cursus anglophone et possédant un diplôme de niveau équivalent au baccalauréat. Pour l’année 2013-2014, la capacité d’accueil sera de 35 étudiants au maximum.
Avec près de 2 000 élèves, soit 1 085 au secondaire et 806 au primaire, le Lycée La bourdonnais reste le premier établissement français de l’île. Son niveau au baccalauréat est chaque année très élevé, comme l’explique son directeur Marc Haradji. « Le LLB enregistre régulièrement des taux de réussite exceptionnels au baccalauréat pour les candidats enregistrés dans les six filières proposées. Depuis quelque temps le LLB s’est lancé le défi de développer le bilinguisme français/anglais en vue d’offrir à tous ses élèves la double certification : un niveau d’excellence en français, reconnu par le baccalauréat et en anglais, attesté par une certification de type Cambridge. Garantie de plus grandes opportunités pour les études tertiaires. »
Pour sa part, Vasant Bunwaree a déclaré que « le Lycée La Bourdonnais est un exemple pour les autres établissements à Maurice. Après ma visite des lieux récemment j’ai demandé aux personnes concernées de mon ministère de venir le visiter. Avec les problèmes d’intoxication alimentaire que nous avons eus récemment je conseille vivement de prendre exemple sur votre cantine où les enfants ont droit à des plats qu’ils peuvent manger entre amis. Je suis aussi très content de voir votre engagement pour les langues vivantes et si je peux me permettre une suggestion je vous dirais d’y introduire l’hindi qui se parle de plus en plus. »
La cérémonie s’est terminée par une présentation où la fille de M. et Mme Antoine Rey, les fondateurs du lycée, a tenu à partager son sentiment de fierté à travers une mini-pièce de théâtre retraçant l’histoire du LLB.
À noter que le lycée a ouvert ses portes dans un garage en janvier 1953, avec la volonté d’un petit groupe de parents français et mauriciens de proposer un enseignement suivant le programme français à Maurice. M. et Mme Antoine Rey mettront à leur disposition le garage de leur maison, à Curepipe Road.
Le Collège La Bourdonnais y démarre, sous la direction d’André Fraissé, qui assurait déjà, à l’initiative de l’Alliance Française de Paris, des cours de français dans divers collèges du pays.
De janvier à juin 1953, ces élèves bénéficient de cours de mise à niveau pour les préparer à aborder les programmes officiels français.
En septembre 1953, le Collège La Bourdonnais migre vers une vieille maison de style colonial située à Villa Chambly, Curepipe Road. Ils sont alors une soixantaine d’élèves, âgés entre 5 et 14 ans, qui suivent les cours dispensés par six enseignants.
En 1958, le comité de parents fondateurs démissionne, et l’école passe sous la tutelle complète de l’Alliance Française qui lui donne de nouveaux statuts.