La Government Teachers Union (GTU), lors d’un point de presse hier, a fait part de ses appréhensions concernant le projet de “Nine Year Schooling”. La promotion automatique, l’admission dans les collèges et l’avenir des enseignants ont été abordés. Ce syndicat souhaite que les élèves « ne soient pas traités comme de vulgaires cobayes ».
« Seki banla pe rod fer, se pran enn klas e zet li dan enn kolez ki dan landrwa », avance le président du GTU, Vinod Seegum. Selon lui, on ne peut imposer un choix de collège alors que, dans le privé, les élèves auront toujours la liberté de choix. De plus, la promotion automatique au primaire poserait problème, parce qu’elle « ne donne pas de possibilité de rattrapage à l’enfant ». Et d’ajouter : « L’enfant ira-t-il jusqu’en Form III, soit jusqu’à ses 14 ans, comme cela ? » Toutefois, la GTU se dit prête à soutenir le projet une fois rassuré sur les diverses clauses que comprend le concept du “Nine Year Schooling”.
« Nous serons la voix des enseignants et des parents qui se posent des questions sur les réseaux sociaux », déclare Vinod Seegum, qui dit ne pas vouloir que les enfants « soient traités comme de vulgaires cobayes ». La meilleure solution avant d’implémenter la “Nine Year Schooling” serait, selon le syndicaliste, d’améliorer le secteur primaire. « Bann pedagog panse ki avan sink an, developman bann zanfan bizin fini koumans pran enn sertin lanplerr e non pa kan zot pou ena 14 an. Sa pou retard zot mem parski sa bann zanfan la, se bann adult de demin. »
L’alignement salarial des instituteurs sur celui des enseignants du secondaire a également été abordé. La GTU souhaite que ce problème soit résolu avant la publication du prochain rapport du Pay Research Bureau (PRB), prévu pour début octobre. Cette demande s’applique également en ce qui concerne l’“increment” des Deputy Head Teachers (DHT). Pour ce qui est des Acting Head Teachers (AHT), le syndicaliste a évoqué « l’injustice faite à certains AHT qui partent à la retraite sans avoir leur titre de Head Teacher, et ce après trois à quatre ans de service en tant qu’AHT ». Vinod Seegum n’écarte pas la possibilité de manifestation à ce propos.