Le ministère de l’Éducation enregistrera à partir de mardi prochain les demandes d’admission au primaire. Le communiqué à cet effet précise : admission en « Grade 1 » et non pas « Std 1 », comme pour bien marquer le passage vers la Nine-Year Continuous Basic Education. Cependant, cette année de transition ne se fait pas sans couacs. Parents et enseignants déplorent le flou qui perdure sur certains aspects de la réforme, alors que dans certaines écoles, il manque toujours des manuels.
« Nous sommes en faveur de la réforme, mais nous aurions souhaité plus de communication de la part du ministère de l’Éducation », affirme Vinod Seegum, président de la Government Teachers’ Union (GTU). À moins d’un an des grands changements, quelques couacs dans le secteur mettent les parents dans le doute. À titre d’exemple, dans certaines écoles, il manque toujours des manuels. Un assistant maître d’école fait ressortir que la deuxième partie des manuels pour le CPE n’est toujours pas disponible. « Ces enfants ont un examen dans cinq mois et ils n’ont toujours pas de livre. De quelle réforme parle-t-on, si on ne peut régler des problèmes aussi basiques que la disponibilité des manuels ? »
Vinod Seegum se dit au courant de cette situation. Il impute la responsabilité à un manque de coordination entre le ministère et le Mauritius Institute of Education (MIE). « Auparavant, les manuels étaient préparés par le NCCRD, une entité séparée. Aujourd’hui, c’est le MIE qui en a la responsabilité. Avec tout ce qu’ils ont à faire, je pense qu’ils sont un peu débordés. »
Mais au niveau du MIE on fait comprendre que tous les manuels sont prêts et que la distribution revient au ministère. À ce niveau, on indique que les deuxièmes parties des manuels arrivent généralement en cours de deuxième trimestre. « Tous les manuels sont prêts. Les écoles doivent se renseigner auprès de la direction de leurs zones respectives ».
Vinod Seegum est lui d’avis qu’il y a toujours des solutions pour éviter ce genre de situation. « D’où la nécessité de discuter avec les stakeholders. Je ne suis pas en train de dire que nous devons faire partie du decision making, mais on peut organiser des forums réunissant tous les partenaires et étudier ensemble les forces et les faiblesses du système. Les décisions ne doivent pas être prises dans des tours d’ivoire, mais en considérant la réalité du terrain ».
L’indisponibilité des manuels n’est pas le seul manquement à cette transition vers le nouveau système. Beaucoup de parents entretiennent encore des doutes sur le Primary School Achievement Certificate (PSAC), en dépit d’un document publié par le Mauritius Examination Syndicate (MES). « Ce que nous voulons, c’est de voir un sample du questionnaire. Qui plus est, nous n’avons aucune indication sur la manière dont les enfants seront évalués pour les Communication Skills ».
Il nous revient que la ministre Leela Devi Dookun-Luchoomun animera bientôt des rencontres par zone, afin d’éclaircir les dernières zones d’ombre, avant l’entrée dans le nouveau programme en 2017.