La Government Teachers’ Union (GTU) et ses alliés déposeront demain devant l’Errors, Omissions and Anomalies Committee présidé par Dev Manraj. Vinod Seegum, le président, laisse entendre qu’il insistera sur l’alignement salarial avec le secondaire, devenu son « cheval de bataille ». Par ailleurs, la GTU n’a enregistré aucune candidature pour ses élections qui devaient se tenir en mars. Vinod Seegum et son équipe restent donc en place.
« Nous demanderons à M. Manraj de justifier pourquoi un instituteur ayant les mêmes qualifications qu’un enseignant du secondaire a un salaire nettement inférieur. Qui plus est, il enseigne une dizaine de matières, alors que le prof du secondaire lui, n’en enseigne qu’une ». Vinod Seegum, président de la GTU, tient à rassurer ses membres qu’il n’a pas baissé les bras sur la question de l’alignement salarial. Après la manifestation tenue le 27 octobre dernier, le syndicat va défendre son point de vue devant l’Errors, Omissions and Anomalies Committee. « Le ministre de l’Éducation a lui-même reconnu que les instituteurs ont un lot de travail supplémentaire. Or, lorsqu’on regarde dans la réalité, il y a un écart de 18 increments entre leur salaire et celui des profs des collèges ».
Par ailleurs, les élections du syndicat qui se tiennent chaque deux ans n’auront pas lieu cette année. Faute de candidatures, l’équipe en place est réélue d’office. « Nous avons lancé un appel à candidatures à travers la presse. La date limite était le 20 janvier, mais à ce jour, nous n’avons reçu aucune candidature ».
En revanche, l’assemblée générale annuelle aura bien lieu le 16 mars à l’Eugène Fabien Teachers’ Centre, Quatre-Bornes. « Nous espérons que dans deux ans, nous aurons des candidats afin de retrouver cette ambiance folklorique des élections ».
Commentant l’actualité du primaire, la GTU regrette des transferts non planifiés et sans consultations. Elle dénonce la manière de faire d’une Principal Primary School Inspector (PPSI) « récemment promue » qui se permettrait même de transférer des enseignants de Std V alors que ceux-ci sont censés continuer la classe en CPE.
Concernant les réformes dans le secteur, la GTU apprécie le transfert d’un certain nombre de repeaters dans le prévocationnel. Toutefois, elle se demande si les enseignants de ce secteur sont formés pour le programme du CPE. Dans le même registre, Vinod Seegum se demande pourquoi le ministère n’a pas annulé la promotion automatique dès cette année, alors que c’est prévu dans la réforme.