Les instituteurs pourront enfin être des « degree holders. » C’est la satisfaction affichée par Vinod Seegum, président de la Government Teachers’ Union (GTU) après avoir eu l’assurance auprès des autorités que les cours débuteront en juillet 2015. Les cours seront dispensés par le Mauritius Institute of Education, tandis que l’Université de Technologie sera l’« awarding body. »
Mentionné pour la première fois dans le rapport Chessworth en 1987, recommandé par le dernier rapport du PRB, la formation de Bachelor in Education (B.Ed) pour les instituteurs sera enfin une réalité. C’est ce qu’avance Vinod Seegum qui dit avoir eu « l’assurance » des autorités compétentes sur la question. Ce dernier explique que le problème se posait du fait que le Mauritius Institute of Education (MIE) n’est pas habilité à délivrer des « degrees. » Il aurait fallu pour cela amender l’Education Act. C’est pour cela que les discussions ont porté dans un premier temps sur la possibilité de chercher la collaboration d’une université étrangère. Finalement, le choix s’est porté sur l’Université de Technologie (UTM) comme « awarding body. »
Pour Vinod Seegum, si tout se passe bien, « les cours débuteront en juillet 2015. » Les instituteurs n’auront qu’à payer un frais d’enregistrement pour cela. Le problème qui se pose actuellement, c’est que certains enseignants, las d’attendre le début de ces cours, se sont tournés vers l’ Open University of Mauritius où ils payent jusqu’à Rs 80 000 par semestre. Le président de la GTU affirme avoir pu négocier pour que « ces enseignants n’aient pas à payer une telle somme, tout comme c’est le cas pour ceux qui vont suivre le cours au MIE. » Il reste maintenant à régler la situation de ceux qui possèdent déjà un B.Ed ou un autre degré.
Pour Vinod Seegum, cette formation représente « une avancée historique qui viendra compléter l’alignement salarial. » Selon lui, une fois leur degré en poche, les enseignants du primaire se battront pour leur alignement avec les degree holders du secondaire.
Concernant le premier alignement, initialement prévu pour la fin de novembre, Vinod Seegum laisse entendre qu’il faudra encore quelques réajustements pour « éviter des mécontentements. » Il avance que les autorités voulaient au départ se baser sur la grille de conversion du rapport de l’Errors, Omissions and Anomalies Committee. « Mais l’alignement ne se limite pas à une simple conversion. Il est préférable d’attendre encore un peu que de causer des frustrations. »
Le B.Ed se déroulera sur 4 semestres et 60 credits, soit 15 credits par semestre. Le syndicat a fait une demande pour 3 semestres avec 20 credits par semestre. Des dispositions seront aussi prises pour faciliter la tâche des enseignants. Des moyens technologiques seront disponibles pour leur permettre de revoir les cours.