Les Assises de l’Éducation  qui se tiendront les 14 et 15 octobre prochains permettront de passer en revue le système éducatif actuel. Un accent particulier sera mis sur les écoles ZEP et le prévocationnel, deux secteurs sujets à de vives critiques, en raison du faible taux de réussite. Les partenaires de l’éducation auront l’occasion de débattre du projet proposé par le ministère et qui comprend de nouveaux critères de sélection et un soutien accru aux parents.
« Le problème des écoles ZEP dépasse le cadre de l’institution. Il faudra aussi prendre en considération ce qui se passe en dehors de ce cadre. C’est pour cela que le nouveau projet inclura les parents. Ils bénéficieront également d’un encadrement. » Il s’agit, dans les grandes lignes, de la base du Support to Children with Additional Needs (SCAN) qui sera bientôt appliqué dans les écoles ZEP. Le ministre de l’Éducation, Vasant Bunwaree, en dira plus lors des Assises de l’éducation en présence des différents partenaires.
Ces Assises, a-t-il souligné, permettra de faire une évaluation du système scolaire, incluant les nouvelles mesures apportées dans le cadre de son Strategic Plan 2008-2020. « L’éducation n’est pas figée, elle est dynamique. Il y a des bouleversements structurels, infrastructurels et pédagogiques qui nous amènent à nous remettre en question. »
Outre les partenaires du secteur éducatif, des représentants de UNDP, de l’Union européenne et de la Banque Mondiale assisteront à ces Assises. Maurice bénéficiera également du soutien de la Banque Africaine de Développement (BAD) pour la mise en place d’un projet pilote fondé sur l’outil informatique, selon le modèle de la Essa Foundation UK. « Ce projet sera lancé dans six écoles à faibles taux de réussite. Cela reste encore à déterminer. Chaque enseignant et chaque élève sera doté d’une tablette tactile pour découvrir une nouvelle manière d’apprendre. »
Le ministre Bunwaree visitera cette semaine, la Essa Academy de Bolton, Angleterre, pour constater de visu comment fonctionne ce système. Il ajoute que grâce à cette pédagogie, certaines écoles de la fondation sont passées d’un taux de réussite de 20% à 100%.
Vasant Bunwaree souligne que pour obtenir de meilleurs résultats au CPE, il faut commencer le travail à la base. « Nous avons fait de l’accès à l’éducation dès le préscolaire une priorité. Valeur du jour, nous avons atteint 97% et nous visons les 100%. »
Le ministre de l’Éducation annonce également des nouveautés pour le secteur prévocationnel. Tout en se disant satisfait du nouveau programme échelonné sur quatre ans et de l’intégration de ceux ayant échoué au CPE pour la première fois, il reconnaît que les questionnaires en anglais sont parfois difficiles. Ainsi envisage-t-il d’introduire également des questions en français. Ce qui permettrait, selon lui aux apprenants d’avoir une meilleure compréhension et donc, de meilleures chances de répondre correctement. Il dit n’avoir pas choisi le kreol morisien car la langue maternelle vient d’être introduite à l’école et n’a pas été enseignée au CPE.
Au niveau de la formation professionnelle, il est prévu que le MITD commence bientôt des cours en aéronautique. Le ministre fera le déplacement à Bordeaux, France, dans le cadre de ce projet. Vasant Bunwaree visitera aussi la Finlande, réputée pour son niveau d’éducation d’exception.