La rentrée pour les élèves de Std I, de Form I et de première année de prévocationnel aura lieu demain. Le nombre exact d’enfants concernés par cet exercice n’était pas encore disponible au ministère de l’Éducation à l’heure où nous mettions sous presse. La grande rentrée est prévue pour lundi prochain. Pour le moment, aucun changement majeur n’a été annoncé avec l’arrivée du nouveau gouvernement. Il nous revient toutefois que l’avenir de l’Enhancement Programme (EP) introduit par Vasant Bunwaree est en suspens. De même, les responsables des écoles attendent d’en savoir plus sur le Nine-Year Schooling.
La rentrée 2015 se fera sans grand chamboulement malgré le changement à la tête du ministère de l’Éducation. C’est ce que laissent comprendre les informations glanées dans le milieu. À ce jour, les responsables des établissements n’ont reçu aucune instruction dans ce sens. Du moins pour le moment. Ce qui suscite des interrogations, en revanche, c’est l’avenir de l’Enhancement Programme. Lors d’une réunion avec les dirigeants de la Government Teachers Union (GTU) hier, la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, a émis le souhait que les activités de l’EP soient pratiquées pendant les heures de classe. Une idée que le syndicat a accueillie favorablement, tout en faisant ressortir que la collaboration de personnes-ressources pour certaines activités sera nécessaire.
Mais dans le concret, les maîtres d’école n’ont reçu aucune instruction sur l’EP à ce jour. « Nous avons appris par les médias qu’il n’y aura pas d’EP, mais le ministère ne nous a encore rien dit à ce sujet », avance Jaganarden Sunassee, président de la Mauritius Head Teachers Association (MHTA). Entre-temps, les maîtres d’école se préparent pour la rentrée normalement. « Le personnel administratif de même que les enseignants de Std I sont déjà sur place. Nous finalisons les travaux et décorons les classes. Il est important que les élèves reçoivent un bon accueil dès le premier jour ».
Concernant le programme, pas de grands changements annoncés, si ce n’est la révision du manuel Timatou, lancé l’année dernière et qui avait suscité quelques contestations. « J’ai compris que le MIE est en train de revoir certaines choses, mais je n’ai pas encore vu le nouveau manuel. » Par ailleurs, Jaganarden Sunassee est d’avis qu’il faudrait réduire le nombre d’enfants par classe. « Avec 30 enfants dans une classe, surtout pour les petits, il n’est pas évident de donner une attention individuelle. »
Au niveau des collèges, pas de grands changements annoncés non plus. En général, une moyenne de 100 à 150 élèves est admise par collège chaque année. Certains établissements peu cotés ont toutefois beaucoup de difficultés à attendre ce nombre. Toujours est-il que les responsables des collèges sont à pied d’oeuvre depuis le mois de décembre pour faire de ce premier jour une réussite. Ravin Ramjee, président de l’Association of Rectors and Deputy-Rectors, rappelle que l’exercice d’admission a eu lieu le 15 décembre dernier. « Nous avons remis une lettre avec toutes les instructions et le calendrier scolaire aux parents. Demain, ce sera le jour de l’accueil. La priorité sera de faciliter la transition entre l’école primaire et le collège. Nous rencontrerons également les parents pour leur parler des règlements de l’école et de ce que nous attendons d’eux. »
Pour ce premier jour d’école, les nouveaux collégiens auront l’occasion de discuter avec leur Form Teachers et découvrir leur nouvel environnement ainsi que les nouvelles matières. Les « prefects » et membres du Student Council apportent leur contribution à cela. « Le but est de les mettre en confiance. Les « prefects » les invitent à faire appel à eux en cas de problèmes. » Pendant ce temps, les parents auront une réunion avec les responsables de l’établissement. « Tout en leur expliquant les règles du collège, nous leur faisons aussi comprendre que leurs enfants grandissent et ont besoin d’un bon encadrement. »
Par ailleurs, les responsables des écoles et collèges attendent de prendre connaissance des détails des nouvelles mesures annoncées par le gouvernement. « Nous attendons d’en savoir plus sur le Nine-Year Schooling. Une réunion des pédagogues pour en discuter a été annoncée, donc nous attendons », avance Ravin Ramjee.
Jaganarden Sunassee se dit lui aussi concerné par ce sujet. « Je m’attends surtout à ce que les décisions soient prises dans le dialogue et le respect de la démocratie. Il ne faut pas prendre de décisions sans évaluer leur impact, comme cela a été le cas par le passé. Prenons l’exemple de l’EP, qui a été un flop. Plusieurs autres projets annoncés n’ont jamais été concrétisés. » Le président de la MHTA dit aussi attendre des éclaircissements sur la distribution des repas chauds dans les écoles, annoncée dans le programme du nouveau gouvernement. « Cela a beaucoup d’implications. Il faut que toutes les parties puissent en discuter pour savoir comment procéder. »
En ce qui concerne le transfert des enseignants, Vinod Seegum, président de la GTU, dit en avoir discuté avec la ministre de l’Éducation. « Nous avons eu une bonne rencontre. La ministre comprend notre souhait d’obtenir une copie de la liste des transferts. Les petits problèmes sont en voie d’être réglés. »