Le Management de la Private Secondary Schools Authority (PSSA) se retrouve dans une situation des plus compromettantes suite à un rappel à l’ordre de l’Office of Public Sector Governance (OPSG) sous l’égide du Prime Minister’s Office au sujet de la gestion des fonds publics. La décision de la PSSA de laisser le soin de l’exercice de self-assessment aux collèges privés en vue d’allouer des grants budgétaires d’un montant de plus de Rs 4 milliards est contestée de manière formelle que ce soit par l’OPSG ou encore le personnel de l’inspectorat de la PSSA, chargé d’entreprendre cette évaluation dans le cadre de leur Scheme of service. Avec ce rebondissement, l’Association of Confessional Schools, qui a demandé le 16 juillet à ses membres de procéder à cet exercice, se place en porte-à-faux vu que cette démarche engage la responsabilité du directeur et du président du conseil d’administration de la PSSA. Pour sa part, Rashid Imrith, président de la Fédération des Syndicats du Secteur public, se dit conforté par l’intervention énergique de l’OPSG et compte poursuivre le travail en vue de saisir l’Independent Commission Against Corruption en déposant un dossier accablant contre le management de la PSSA.
Dans le sillage de la lettre de l’Association of Confessionnal Schools du 16 juillet, mention est faite que la PSSA a déjà son accord formel au projet de self-assessment par des collèges privés en vue de bénéficier des allocations budgétaires pour des facilités scolaires et sportives. « We have obtained from the Chairman and Director of the PSSA that the measure regarding assessment of schools should be in operation as from this year since we already have in operation a system of exemption from assessment on a rotational, region-wise basis since last year », a fait comprendre le président de l’association des collèges confessionnels, qui demande aux membres de soumettre les résultats de cet exercice self-assessment dans un délai de deux semaines, soit au plus tard au cours de la première quinzaine de ce mois.
Toutefois, la correspondance de l’Office of Public Sector Governance en date du 8 août est venue tout remettre en question. En réponse à un query du président de la FSSP au sujet de la politique de la PSSA d’abandonner ses prérogatives de contrôle aux directeurs des collèges privés, l’OPSG a mis l’index cette procédure pour l’octroi des allocations sous le Grant-in-Aid. « This Office, in its reply to the ministry of Education, made it clear that though Self-Appraisal may be a very convenient way of making assessment of works done under specific circumstances but may not be appropriate, if it is used in the context of disbursement of public funds unless there is in place an effective control mechanism of checks and balances to ensure that public funds are used for the right purpose », écrit S. Lallmahomed au nom du directeur de l’OPSG.
L’OPSG, qui est également en consultations avec le ministère de l’Éducation au sujet de la gestion des fonds publics par la PSSA, ajoute que devant le tollé soulevé avec l’adoption du self-assessment, le ministère pourrait revoir sa copie. À cet effet, une réunion avec toutes les parties concernées devra être convoquée prochainement pour passer en revue la situation et « decide whether to proceed with implementation of this measure, taking into account the proposed pre-requirements and modus operandi ».
Commentant ce développement, le président de la FSSP, dont fait partie la PSSA Employees Union, soutient que « que pour des raisons occultes, la PSSA a préféré mettre la charrue devant les boeufs dans cette affaire de self-assessment des facilités dans le cadre du déboursement du Grant-in-Aid ». Poursuivant ses commentaires, il avance que « la correspondance du 8 août de l’OPSG confirme que des objections formelles aux changements envisagés ont été transmises au ministère de l’Éducation, contrairement à ce qu’avance l’association des collèges confessionnels ».
Rashid Imrith compte maintenir la pression sur la PSSA en soumettant bientôt un dossier complet sur « l’abdication de la PSSA au profit des directeurs des collèges privés » alors que les dispositions de la loi sont claires au chapitre du Grant-in-Aid et du contrôle à être exercé. « La prise de position de l’OPSG contre la PSSA nous conforte dans la démarche réclamant une enquête de l’ICAC sur le management gérant un budget de plus de Rs 4 milliards annuellement », a déclaré le syndicaliste en attendant le round à l’ICAC.