Le département de Psychologie et Counselling de l’Institut Cardinal Jean Margéot (ICJM), en collaboration avec le ministère de la Sécurité Sociale et la High British Commission, lancera, à partir de mars prochain, un projet pilote dans quatre écoles spécialisées Les Amis de Zippy pour les enfants à besoins éducatifs spéciaux. Les écoles concernées sont trois établissements de l’APEIM (La Montagne, Bonne Mère et Port-Louis) ainsi que la Southern Handicapped Association à Riambel. Une formatrice du Partnership for Children, Caroline Lifford, a été invitée à Maurice du 10 au 14 février pour former huit éducateurs  au sein de ces écoles. Un total de 56 enfants participeront au programme pour une durée de deux années.
Les Amis de Zippy est un programme international conçu par l’organisation Partnership for Children (Angleterre) pour les enfants de 5 à 7 ans et la réadaptation pour les enfants ayant des besoins spéciaux a été introduite dans 16 écoles spécialisées d’Angleterre depuis 2012 pour pallier un manque de ressources pour ces enfants. Cette année, le ministère de la Sécurité Sociale et le département de Psychologie et Counselling de l’ICJM ont oeuvré de concert pour que les enfants avec un handicap (ex: ceux souffrant d’autisme, de trisomie 21, de trouble d’attention, hyperactivité, etc.) puissent bénéficier du programme.
Promotion de la santé mentale
Ce programme pilote est composé de six modules avec les thèmes suivants: les sentiments, la communication, l’amitié, la résolution de conflit, le changement et la perte, et l’adaptation. Ainsi, pour chaque activité du programme d’origine, il existe un choix de six activités avec divers supports visuels. « Dans le programme du mainstream, il peut, par exemple, y avoir des activités autour de la nervosité: les discussions tourneraient autour de la question de « as-tu déjà été nerveux? », avec des propositions de solutions telles que d’en parler à ses amis, de prendre une grande inspiration pour évacuer la nervosité, etc. On s’est dit qu’au lieu des discussions, nous avons conçu plus de visuels avec des dessins d’un corps nerveux et ses caractéristiques comme les mains qui tremblent ou les mains moites. Nous pouvons aussi tremper les mains de l’enfant avec de l’eau pour rendre la situation plus réelle. Ce sont là des exemples de la réadaptation du programme », explique Caroline Lifford.
Une évaluation sera réalisée toutes les trois semaines dans les quatre écoles et avec les retours d’informations recueillies, Partnership for Children pourra introduire le programme dans toutes les écoles spécialisées à Maurice ainsi qu’à travers le monde.
Pour Émilie Duval et Amélie Saulnier, professionnelles en psychologie à l’ICJM, « promouvoir la santé mentale signifie qu’il faut agir en amont des problématiques, et les études dans ce domaine indiquent l’importance du bien-être social et émotionnel des premières années de vie. En effet, le programme Les Amis de Zippy contribuerait à réduire de manière efficace les problèmes comportementaux, psychologiques et émotionnels à l’adolescence et plus tard. » Et d’ajouter qu' »un enfant sur dix souffre d’un problème de santé mentale (1 sur 6 pour les enfants handicapés), 120 millions de personnes souffrent de dépression à travers le monde et le suicide est la deuxième cause de mortalité chez les adolescents. Il est donc crucial d’investir dans la promotion de la santé mentale dès le plus jeune âge. Un des programmes scolaires international reconnu par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) comme étant le plus efficace est Les Amis de Zippy. »
Risque accru de problème de santé mentale pour les enfants à besoins spéciaux
Pour Caroline Lifford, de Partnership for Children et directrice du programme, rencontrée la semaine dernière, « si les competences d’adaptation sont développées dès l’enfance, vous avez plus de chance d’avoir une bonne santé mentale plus tard quand vous serez adulte. Étant un bon partenaire, Maurice sera le premier pays en dehors de l’Angleterre à expérimenter ce programme pour les enfants à besoins éducatifs spécialisés. Cette version réadaptée des Amis de Zippy sera appliquée dans quatre écoles, lesquelles auront chacune deux classes avec des enfants de groupes d’âges différents: 7-9 ans et jusqu’à 17 ans. Les huit groupes se composeront de sept enfants ayant les mêmes aptitudes. Les huit éducateurs formés seront munis d’un manuel à partir duquel ils pourront choisir les activités à faire en fonction des compétences des enfants. »
L’objectif principal des Amis de  Zippy est d’aider les jeunes enfants à développer des capacités d’adaptation afin qu’ils puissent mieux gérer les difficultés de la vie au quotidien (ex: être triste, en colère, vivre un deuil/une séparation, se bagarrer avec son ami, etc.). Maurice est un des 28 pays qui utilisent le programme sous la responsabilité du département de Psychologie et Counselling de l’ICJM. En 2014, un million d’enfants auront participé au programme à travers le monde. À Maurice, en 2009, 10 écoles, 34 enseignants et 1,045 enfants ont été concernés par le programme. Cette année, soit cinq ans après, le programme s’est étendu à 48 écoles primaires et 5 écoles pré-primaires de Maurice, 15 écoles primaires à Rodrigues et 5 écoles primaires à l’île de La Réunion, totalisant 4,523 enfants et 190 enseignants qui en bénéficient. « Ce partenariat entre le ministère de la Sécurité sociale, l’ICJM et la British High Commission a pour objectif de démontrer qu’il importe à chacun d’oeuvrer pour la promotion de la santé mentale de tous les enfants mauriciens. »
Une étude, réalisée en 2002 en Angleterre sur la santé mentale des enfants ayant des besoins spéciaux, mit en relief une réalité assez choquante: ces derniers avaient six fois plus de risques que les autres enfants de développer des difficultés en terme de santé mentale. Et c’était un casse-tête pour les éducateurs qui ne savaient pas si les difficultés d’apprentissage résultaient du handicap ou des problèmes de santé mentale. Ainsi, des demandes ont été faites pour trouver plus de ressources afin de promouvoir la santé mentale dans les écoles spécialisées.
Toutefois, rien n’a été fait et bien des années après, le manque de ressources demeure. C’est ainsi que le directeur d’une école spécialisée décida d’adapter le programme Les Amis de Zippy à ses élèves; après trois mois de test sur quelques enfants souffrant d’autisme, les résultats s’avérèrent étonnants et positifs. Les enfants avaient développé de l’empathie et des compétences d’adaptation et leur vocabulaire s’était amélioré. C’est ainsi que Partnership for Children a travaillé sur une version uniforme du programme pour ses écoles partenaires à travers le monde.