Le ministre de l’Éducation tertiaire Rajesh Jeetah a présenté hier un plan stratégique, dont l’un des défis est de porter le nombre d’admissions dans les institutions tertiaires publiques à… 68 000 en 2025. Ce plan stratégique, qui a récemment été approuvé par le gouvernement, s’est fixé cinq objectifs : élargir l’accès aux universités et assurer l’équité, améliorer la qualité et la pertinence des études tertiaires, internationaliser l’éducation à Maurice, encourager la recherche et l’innovation et, enfin, consolider la gouvernance et la durabilité financière.
Le plan stratégique fait mention de la création des institutions tertiaires modernes dans le but d’étendre et de décentraliser l’accès à l’éducation tertiaire. C’est ainsi que des Universités seront construites à Montagne-Blanche, à Pamplemousses, à Réduit, à Rose-Belle et à Piton. Un encadrement légal clair et bien défini sera par ailleurs établi afin d’encourager des universités de réputations internationales à installer des campus ou des branches dans le pays. Les étudiants disposeront alors d’un plus grand choix concernant l’éducation à distance et les programmes de formation continue. Des mesures seront en outre prises afin d’encourager des étudiants venant de familles démunies à accéder aux universités, et ce grâce à un système de bourses.
Rajesh Jeetah a insisté sur l’importance d’une éducation tertiaire « de qualité » de sorte d’améliorer le classement des institutions sur le plan régional et international ainsi que de produire des ressources humaines qualifiées et compétentes capables de répondre aux besoins économiques et sociaux du pays. Un personnel qualifié devra pour cela être recruté dans les institutions publiques, et ce afin de répondre aux besoins du pays et de la région. « Nous nous attendons à ce que 75% des conférenciers détiennent un PhD ou l’équivalent », a-t-il dit. La consolidation des liens entre les institutions de l’éducation tertiaire, l’industrie et la communauté sera aussi encouragée.
Le ministre de l’Éducation tertiaire est revenu sur l’ambition des autorités mauriciennes de faire de Maurice une destination régionale pour les études supérieures. Il s’attend à ce que le pays accueille jusqu’à 100 000 étudiants  étrangers d’ici 2025. Des institutions de réputations internationales seront encouragées à ouvrir leur campus à Maurice. En ce sens, des partenariats avec les meilleures universités du monde seront encouragés.
Le plan prévoit également que la recherche et l’innovation seront mise à l’honneur. Il prévoit une augmentation du nombre de publications et de patentes par les chercheurs locaux.
Au chapitre de la gouvernance, Rajesh Jeetah a annoncé la présentation d’une Tertiary Education Act afin d’introduire l’encadrement légal de l’éducation tertiaire. Les institutions tertiaires devront chacune avoir un code d’éthique ainsi qu’un code de bonne gouvernance. Une charte d’étudiants sera également élaborée. La participation du secteur privé, à travers des fonds et des partenariats, sera également encouragée.
La situation à l’Université de Maurice a fait l’objet de plusieurs questions de la presse. À ce propos, le ministre a insisté sur le fait que l’Université de Maurice dispose d’instances indépendantes, à l’instar du sénat et du conseil de l’Université. Il a nié toute intervention dans l’administration de l’Université de Maurice. L’occasion aussi pour le ministre – qui avait entre autres à ses côtés le vice-chancelier suppléant de l’Université de Maurice, le Pr Toolseeram Ramjeawon – de nier également toute implication dans la destitution de l’ancien vice-chancelier Ramesh Rughooputh.