Ils sont 13 Mauriciens à avoir obtenu une bourse du gouvernement australien pour poursuivre des études menant à un master dans ce pays à compter de la rentrée 2013. C’est ce qu’a indiqué Janice Mulleneux, chargée d’affaires à la Haute commission australienne – et qui assure l’intérim au poste de Haut commissaire – lors d’une conférence de presse à Port-Louis hier. À cette occasion, elle a aussi annoncé l’ouverture des appels à candidatures à partir d’aujourd’hui en vue de l’obtention des bourses destinées aux pays africains sous l’Australian Agency for International Development (AusAID) pour 2014.
Parmi les 13 Mauriciens détenteurs d’une bourse, trois ont été sélectionnés pour l’Australian leadership award scholarships sur les 200 offertes. « Three being awarded to Mauritius is an outstanding accomplishment which demonstrates the high regard we hold our Mauritian awardees in », fait ressortir Janice Mulleneux.
Tous les ans, ce sont un millier de bourses qui sont offertes aux 51 pays africains, dont Maurice. Pour l’année en cours, 1 016 bourses ont été accordées, et 33 Mauriciens en ont été bénéficiaires pour 2012, contre 15 en 2011. Selon Mme Mulleneux, les secteurs de formation sont décidés au préalable par les gouvernements respectifs et sont communiqués au gouvernement australien. L’objectif consiste à soutenir le renforcement des capacités pour le développement de ces pays et qu’ils puissent atteindre les objectifs du millénaire. Par conséquent, le visa d’étudiant ne permet pas au boursier de travailler sur place. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle il reçoit une allocation lui permettant de mener une vie normale pendant toute la période de la formation, souligne la chargé d’Affaires. « Les bourses couvrent la totalité des frais d’études, le billet d’avion aller-retour, l’assurance santé et une allocation de 28 000 dollars australiens, soit environ Rs 840 000 annuellement », soutient-elle.
Un quart des bourses australiennes sont offertes aux pays africains. Elles sont réparties en deux catégories : l’une à court terme et l’autre pour un master. Les critères de sélection sont spécifiques. Pour Maurice, les secteurs pour les formations à courts termes sont : l’Africulture, la politique publique, le développement organisationnel, le partenariat public / privé, la politique commerciale, l’analyse et les négociations. Pour les cours menant à un master, les secteurs sont : la gestion de ressources naturelles, la politique publique – dont celle concernant les collectivités locales –, la diplomatie internationale, le commerce international, et la réforme du secteur public.
À Maurice, la Haute commission australienne travaille en étroite collaboration avec le ministère de la Fonction publique. Lors de cette conférence de presse, le PAS de cet organisme, Geandave Gukhool, indique que le postulant envoie directement sa demande au GRM International en Afrique du Sud, l’organisme qui gère la section au compte de AusAID avec copie au ministère de tutelle. La sélection est faite par GRM international, précise-t-il. Janice Mulleneux ajoute que ces bourses sont ouvertes à tous, qu’ils soient fonctionnaires, employés du secteur privé ou d’organisations non gouvernementales. Elle encourage tout le monde, et spécialement les femmes et les handicapés, à soumettre leur demande. Il est à noter qu’un encadrement approprié est proposé pour les personnes souffrant d’un handicap. « The Australian High Commission encourages applicants with disabilities and women to apply for these awards. The Australian Government will provide the necessary facilities to support successful applicants with disabilities when they come to Australia for their studies. »
Par ailleurs, la Haute commission australienne organise un pre-departure briefing pour les boursiers de Maurice et des Seychelles les 29 et 30 octobre prochains.
Toutes les informations nécessaires à la demande de ces bourses sont disponibles sur le site internet www.adsafrica.com.au.