Médine Agriculture, Terra Agri (Solitude), Terra Agri (Belle-Vue), ATOL et Livestock Feed Limited : ce sont les cinq entreprises inscrites au Programme National d’Efficacité Énergétique (PNEE). Business Mauritius, instance suprême du secteur privé à Maurice, avait sollicité la participation à ce projet.
Le projet PNEE-Pompes, Moteurs et Ventilateurs, a pour objectif d’accompagner les entreprises mauriciennes vers l’efficacité énergétique par la création d’un écosystème. Les cinq entreprises qui y participeront ont bénéficié d’une aide au financement de l’audit à hauteur de 60 % de l’Agence Française de Développement et de l’Union européenne. Un cahier des charges spécifiques à chaque entreprise a été élaboré par l’assistance technique de PNE et un appel d’offres a été ensuite lancé pour recruter un bureau d’études spécialisées pour le système de motorisation.
C’est la société Optinergie qui a été choisie suite à l’appel d’offres lancé par Business Mauritius pour réaliser des audits de systèmes motorisés dans le secteur industriel mauricien. Selon Business Mauritius, les auditeurs ont utilisé différents modèles d’instrumentation dans le cadre de leur évaluation, prenant en compte la spécificité des sites et la nature des activités des cinq entreprises désignées. Le rapport d’audit est accompagné d’une phase de formation collective pour les entreprises en question afin qu’elles puissent mieux incorporer les solutions préconisées et utiliser le rapport comme un outil pédagogique pour dresser un plan d’action. Cette phase de formation, précise Business Mauritius, est entièrement financée par la HRDC. Alain Ganne, consultant Énergie au sein de la société Optinergie, indique qu’il y a eu « un retour positif des entreprises concernées lors de cette formation » et que certaines entreprises ont déjà commencé à appliquer les recommandations proposées par les consultants.
Business Mauritius indique que pour les cinq entreprises concernées, la facture cumulée pour la motorisation représente 40 % de la facture électrique totale. L’enjeu d’économie est important notamment à l’aéroport de Maurice où les pompes et ventilateurs assurent la climatisation pour le confort des passagers. « À l’aéroport, 90 % du niveau 1 et 2 sont climatisés. Pour la climatisation, nous avons une vingtaine de pompes qui assurent toute la production et la distribution de ventilation dans le terminal. Tout cela représente environ 50 % de la facture totale d’électricité à l’aéroport », fait ressortir Roshan Ramdanee, Maintenance Manager chez ATOL, dans le communiqué de Business Mauritius.
Du côté du secteur agricole également, on met l’accent sur l’importance de faire des économies d’énergie. « L’industrie sucrière se trouve aujourd’hui en pleine mutation. L’abolition des quotas sucriers en Europe depuis le 1er octobre 2017 fait que les producteurs betteraviers ont pu augmenter leurs productions. Nous nous sommes penchés sur la réduction des coûts de production liée à l’irrigation. Le programme national PNEE proposé par Business Mauritius est pour nous un avantage certain car il aura un impact positif sur l’environnement à l’île Maurice », souligne Jacqueline Sauzier, secrétaire générale de la Chambre d’Agriculture.
Il est estimé qu’avec les recommandations préconisées par Optinergie après les audits réalisés, le projet PNEE-Pompes, Moteurs et Ventilateurs devrait déboucher sur des réductions des coûts d’énergie. Les milieux concernés parlent d’une baisse d’environ 15 % de la facture énergétique des participants.