Les pierres entassées à la rue Maxime Boodoo après l’effondrement d’un pan de mur dans la nuit du 19 au 20 août ont été enlevées. Cette première action de la part du promoteur et propriétaire du terrain, Hans Rooplall Beerjeraz, a démarré la semaine dernière. Bien que la démolition « complète » du mur se fait toujours attendre, les habitants déplorent le manque de communication concernant l’avancée des travaux.
La démolition du mur de la rue Maxime Boodoo, Morcellement Hermitage à Coromandel, devrait se faire sous peu. Les travaux garantis par le promoteur et propriétaire du terrain, Hans Rooplall Beerjeraz, ont quant à eux, débuté la semaine dernière avec le premier déblaiement des pierres et de la terre, qui depuis le 20 août (jour de l’effondrement) étaient entassées dans cette ruelle, la rendant ainsi impraticable. Malgré ces premiers travaux, la route demeure fermée aux usagers pour des raisons de sécurité. Bien que cette première initiative semble être un soulagement pour les résidents, les protagonistes s’interrogent toutefois sur le respect des normes de sécurité, déplorant dans la foulée, le manque de concertation habitants/municipalité de Beau-Bassin/Rose-Hill/Hans Rooplall Beerjeraz. D’ailleurs, diverses zones d’ombre entourant le début des travaux sont soulevées. À ce jour, aucune des autorités compétentes n’a été en mesure d’indiquer si le rapport de procédures soumis par Gibb Mauritius a été approuvé. Il était question que ce document soumis à la municipalité soit visé par la National Development Unit (NDU) et autres autorités compétentes avant d’être approuvé.
Lors d’une réunion entre les représentants des habitants et les officiers de la municipalité, le maire de la ville Norbert Froget avait donné la garantie que les travaux n’allaient pas débuter tant que les parties ne seraient pas en présence des procédures. Or, à ce jour, aucun habitant n’a été invité à prendre connaissance des méthodes que compte utiliser le promoteur. « Rien de ce qui a été convenu n’a été respecté », a soutenu Jacques Nombre, porte-parole des habitants, qui avance d’ailleurs que les travaux ont débuté. Lors de la rencontre, le maire a laissé entendre aux habitants qu’en cas de dégâts causés lors de la démolition du mur, il incombera au promoteur de les dédommager. Ce dernier s’est de plus engagé dans la construction d’un mur de soutènement pour que la terre ne dévale la pente.
« Depuis la semaine dernière, des ouvriers chinois sont présents sur le site mais nous ne savons pas s’ils sont là pour la démolition du mur », explique une habitante. Du côté de la municipalité, il est question d’octroyer un Building and Land Use permit temporaire au promoteur afin qu’il débute les travaux de réparation. M. Nombro a tenu toutefois à faire ressortir que les habitants de Morcellement Hermitage vivent dans la crainte d’un éboulis surtout avec l’arrivée prochaine des grosses averses d’été. « Nous vivons dans une région à risque. Avec les travaux de terrassement effectués par ce particulier, nous avons noté la fragilisation de nos maisons », indique ce dernier. « C’est là le principal problème », a-t-il lancé craignant le pire. Les habitants déplorent également le laxisme des autorités. « Nous avons été assez patients et nous avons cru dans la bonne foi des ministres qui étaient présents lors d’une site visit. Malheureusement, rien de concret n’a été fait par la suite », fustigent-ils. Ils envisagent de recourir à d’autres mesures en vue de faire accélérer les choses. Ils annonceront leur plan d’action lors d’une prochaine conférence de presse.