Le nouveau président du Diocèse Adventiste de Maurice, le Pasteur Patrice Allet, a été installé officiellement à sa fonction à Phoenix devant un grand concours de fidèles qui ont afflué, par autobus et par voitures, de tous les coins de l’île. La cérémonie d’installation s’est déroulée en présence des chefs religieux – le Très Révérend Ian Ernest, évêque de Maurice et archevêque de la Province de l’océan Indien, le Pasteur Cyril Demba, président des églises de la Voix de la Délivrance, le révérend Mario Li Hing, président de l’Église Protestante Évangélique, le directeur exécutif de la Société Biblique de Maurice, Marc Etive, la secrétaire de la Ligue pour la Lecture de la Bible, Lily Claire René.
Avant la cérémonie d’installation, l’assemblée a participé à l’école du sabbat (équivalent de l’école du dimanche dans le milieu protestant) dont les deux grands moments sont l’étude d’une leçon basée sur un thème biblique, “Témoignage et service, fruits du réveil” pour ce jour-là, et un rapport missionnaire mondial se focalisant sur les progrès enregistrés par l’Église adventiste du Septième Jour dans une région donnée du globe. Deux autres moments forts ont suivi avec un clip vidéo, Célébration 150e anniversaire de l’organisation de l’Église Adventiste du Septième Jour, mettant en relief les étapes qui ont mené à la création en 1863 de l’Église Adventiste du Septième Jour, et le lancement d’un magazine souvenir marquant le jubilé d’or de la maison de retraite adventiste Rosie Le Même. Cette maison de retraite, dont la vétusté et l’exiguïté sautent aux yeux, fera l’objet d’un ambitieux projet de rénovation au coût de Rs 30 millions.
Puis est venue la cérémonie d’installation du nouveau président du Diocèse Adventiste de Maurice, intégrée dans le culte d’intégration du jour. La cérémonie dirigée par le Pasteur Aniel Barbe, président de l’Union des Églises Adventistes de l’océan Indien, a placé le nouvel administrateur devant ses responsabilités envers le corps pastoral et l’ensemble des paroissiens et des institutions de l’Église Adventiste à Maurice et à Rodrigues. Cette passation des pouvoirs se fait en la présence du président sortant du diocèse, le Pasteur Jean-Claude Alger, qui a fait le déplacement de la Réunion (où il est depuis le début de juillet le président de la Fédération des Églises Adventistes de la Réunion) avec son épouse Naomi pour cet exercice administratif qui a vite cédé la place à l’introspection spirituelle autour du thème “Unis pour la Mission” où les fidèles sont appelés à s’unir pour s’engager dans la dynamique de l’évangélisation, selon la Commission du Christ. Dans un bulletin spécial circulé parmi les fidèles dans la matinée, le Pasteur Patrice Allet signe un message relatif au thème du jour sous le titre “Jésus prie pour l’unité de l’Église” :
« Alors que nous sommes rassemblés ici ce matin pour réfléchir sur le thème “Unis pour la mission”, un proverbe africain me vient à l’esprit et qui résume si bien l’importance de la mission : “Si vous voulez aller vite, allez seuls, mais si vous voulez aller loin, allez ensemble.”
Jésus savait combien il serait difficile pour ses disciples de surmonter les tendances naturelles à l’égocentrisme et l’individualisme… Sa prière était centrée sur une seule grande pensée, à savoir, l’unité des disciples qui marquerait le monde avec la conviction que Dieu, le Père, a en effet envoyé Jésus son Fils. Jésus savait que l’église ne pourrait pas exercer une telle influence à moins que le monde ne voie dans l’église une véritable communion, une unité spirituelle… L’union fait la force. Unis pour une mission réussie. Il y a deux façons pour être unis ; la première, c’est d’être gelés ensemble, et l’autre, c’est d’être fondus ensemble. Ce dont nous avons besoin, c’est d’être fondus ensemble dans l’unité de l’amour fraternel. A ce moment nous pouvons nous attendre à recevoir la toute puissance du Saint-Esprit pour accomplir “La Mission”. L’écrivain américain d’origine russe Vera Nazarian dit “Une chorale est faite de beaucoup de voix, incluant la vôtre et la mienne. Si chaque voix se tait, alors il ne restera que les solistes. Ne laissez pas aux quelques voix bruyantes dicter la nature du son. Elles diminuent l’harmonie et appauvrissent le chant. »
Unité
Dans son sermon “Le peuple s’unit pour s’engager”, le Pasteur Allet est revenu sur le thème de l’unité en le plaçant dans la perspective du cycle d’une église qui peut se résumer en VRMS (Vision-Relation-Ministères-Structures), qu’il a explicité en ces termes : « La santé d’une église se mesure à la taille de sa vision. Quelqu’un a dit : “Dis moi la grandeur de ton rêve, je te dirai la taille de ton Dieu.” La mission de l’église doit commencer par une nouvelle pentecôte. L’église a besoin d’un face à face avec la personne de Jésus Christ. Si nous ne vivons pas des christophanies, nous n’avons rien à dire au monde. Nous avons besoin de retrouver le Jésus de la mission, qui guérit les coeurs brisés, ce Jésus qui fait la différence dans la vie des gens.
La mission de l’église se vit dans la dynamique de l’unité et s’exerce dans la dynamique d’un programme. L’église qui a une vision a aussi un programme de travail. La sphère de travail, c’est le monde, car Jésus dit que “vous serez mes témoins… jusqu’aux extrémités du monde.” La mission se vit chaque jour dans la perspective de l’éternité. Jésus a fait incursion sur la planète terre pour apporter l’éternité dans le temps de l’église. Notre Dieu est un Dieu missionnaire qui nous aide à retrouver le sens de la mission. »
Pour sa première sortie après la cérémonie d’installation, le Pasteur Patrice Allet a rejoint les fidèles dans l’après-midi pour assister à la consécration au pastorat de deux membres de la FEAM, Wesley Orieux et Teddy Ah Kuine. L’homélie a été prononcée par le Pasteur Aniel Barbe et la charge pastorale par le Pasteur Claudio Labutte qui a aussi présidé la cérémonie. Dans son homélie, le Pasteur Aniel Barbe a proposé une réflexion sur “Les cinq bons réflexes pastoraux” en prenant pour appui la vie et l’oeuvre du diacre Philippe, dont le récit se trouve dans Les Actes des Apôtres.
Le leader spirituel va au-delà du constat de la réalité. Là où d’autres voient des portes fermées, il voit des opportunités. Il se sent investi de la responsabilité de transformer la réalité présente et de participer à la construction du royaume de Dieu.