Les Services communautaires Adventistes (SCA) de Maurice organisent du 7 au 11 août la cinquième édition de la Caravane de l’Espoir, qui a pour but d’apporter soutien et réconfort aux plus vulnérables de la société, indépendamment de leurs origines ethniques. Cette année, après des visites dans le Sud et le Nord de l’île, l’équipe de bénévoles de la SCA a identifié les villages ayant le plus besoin de ce projet social. La Caravane de l’Espoir 5 sillonnera ainsi les villages de Surinam, Mahébourg, Vieux-Grand-Port, Quatre-Soeurs, Grand-Gaube et Grand-Baie. Le nouveau président du Diocèse adventiste à Maurice, Patrice Allet, soutient qu’« un dixième de la population à Maurice vit dans la pauvreté. Les moyens sont là. Il faut que, nous, les Mauriciens, apportons la solution ».
« Nous sommes convaincus que le combat contre la pauvreté n’est pas le travail d’une ONG mais de tous les Mauriciens », estime Patrice Allet. Les Services communautaires adventistes de Maurice se veulent un pont entre les ONG donatrices et les nécessiteux, cela, sans distinction d’ethnie, de race ou de religion. « La priorité est donnée aux personnes les plus vulnérables tels les femmes, les enfants, les personnes âgées, les handicapés, les malades, les sans-abris, les pauvres et les sinistrés. » C’est ainsi que, lors des inondations qui avaient sérieusement affecté la région de Canal Dayot en mars dernier, la SCA avait organisé des collectes de dons à l’échelle nationale pour soulager la détresse des sinistrés de l’endroit. Les champs d’intervention de la SCA sont notamment les situations d’urgence, l’éducation, l’alimentaire, la sensibilisation au VIH/sida, le soutien aux défavorisés, le logement, la formation, la santé et l’hygiène de vie.
S’agissant de la Caravane de l’Espoir 5, des centaines de bénévoles seront mobilisés durant les cinq jours et une flotte de véhicules a été mise à leur disposition dans ce contexte. Dans les villages répertoriés, des stands accueilleront les habitants pour les informer et les sensibiliser selon leurs problèmes et leurs groupes d’âge. Est ainsi prévu, un atelier pour les enfants de 5 à 11 ans, qui auront droit à des présentations sur la santé, l’alimentation équilibrée, l’activité physique, l’importance de l’éducation et les principes de base d’une vie saine. Un deuxième atelier pour les adolescents est au programme avec des bénévoles formés qui interviendront sur des thèmes aussi divers que la sexualité, la pression des amis, les addictions au tabac, à l’alcool et aux drogues. Les animateurs se focaliseront sur la prévention et l’information et prodigueront aussi des conseils. Un autre atelier sera destiné aux femmes et proposera des solutions aux divers problèmes des habitantes dont la violence conjugale, l’échec familial, le divorce, la monoparentalité.
D’autres activités seront ensuite organisées dans ce contexte dont la construction et la rénovation de maisons, des dons de sang, des visites aux malades, le nettoyage de lieux publics et la mise en terre de plantes. Au terme de la journée, les bénévoles installeront leur camp dans les villages où ils passeront la nuit avant de mettre le cap sur une autre localité.
Outre cette Caravane de l’Espoir, la SCA travaille également sur d’importants projets dont la Banque alimentaire de Maurice, fondée en 2012 avec la collaboration de l’Adventist Development and Relief Agency) avec pour objectif de lutter contre la pauvreté tout en évitant le gaspillage de nourriture. Gérée par des bénévoles, cette banque distribue des denrées alimentaires aux nécessiteux.
Il y a par ailleurs cet autre projet que la SCA a à coeur, à savoir “Lakaz Papa”, qui existe depuis plusieurs années dans les Plaines-Wilhems et qui offre chaque semaine des repas aux sans-abris. La SCA compte étendre le projet à la région de Mahébourg. « Une famille, un toit » est un autre projet qui vient en aide aux démunis en construisant ou rénovant pour eux des maisons. Ensuite, le Centre Éducatif pour Enfants démunis (CEPED) travaille sur la création d’une école d’alphabétisation.