C’est dans le cadre magnifique et exceptionnel du Foyer de l’Unité, à Souillac, qu’une vingtaine d’évêques de la Conférence épiscopale malgache (CEM) et ceux de la Conférence épiscopale de l’océan Indien (CEDOI) étaient réunis la semaine dernière pour une retraite. L’occasion aussi pour ces responsables de l’Église de vivre un temps de « partage fraternel ». Jamais auparavant le diocèse de Port-Louis n’avait accueilli un si grand nombre d’évêques. Le père Jean-Maurice Labour qualifie ce rendez-vous « d’événement unique » dans la vie de l’Église à Maurice. « Ce n’est pas tous les jours que 29 évêques se retrouvent en même temps sur le sol mauricien. C’est un événement unique », dit le vicaire général Jean-Maurice Labour.  
La retraite de ces évêques à Maurice avait été prêchée par Son Excellence le cardinal Robert Sarah et elle a débuté le samedi 8 février pour prendre fin le vendredi 14. Ce séjour a permis aussi à ces responsables de l’Église catholique dans les îles de l’océan Indien de vivre un temps d’amitié et de partage fraternel sur la vie de leur diocèse respectif. Certes, ces îles de l’océan Indien ont chacune leurs spécificités, leurs réalités, mais il y a aussi des problèmes communs qui préoccupent  l’Église. La solidarité est nécessaire.  C’est ainsi que des pistes de collaboration ont été identifiées dans différents domaines entre les diocèses, à l’instar de la pastorale familiale, la lutte contre toutes les formes de  pauvreté, l’éducation, les échanges spirituels, etc.
Le père Labour souligne le rapprochement depuis deux ans entre la Conférence des évêques malgaches (CEM) et celle des Iles de l’océan Indien (CEDOI), et qui a ouvert la voie, dit-il, « à des liens d’amitié et de collaboration ». Le vicaire général poursuit : « La CEM était, avouons-le, perdue dans l’immensité du Symposium des conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM). Malgré le nombre de diocèses qui existent à Madagascar, ce pays paraissait petit à l’intérieur du Symposium des conférences de l’Afrique francophone, anglophone et luzophone. En plus, les réalités culturelles et les ecclésiales sont d’une telle différence… Les Églises des Îles de l’océan Indien intégrant Madagascar deviennent une réalité. Il faut s’en réjouir. »
Après ce temps de ressourcement à Souillac pour cette trentaine d’évêques, le diocèse de Port-Louis avait programmé à leur intention une petite tournée touristique dans l’île ainsi que des visites dans deux lieux chargés d’histoire et ayant une importance pour l’Église à Maurice, en l’occurrence le tombeau du Père Laval et le village du Morne, où ceux-ci ont rencontré les habitants. Les 29 évêques ont aussi   célébré la messe de 17 heures samedi  dernier en la Cathédrale Saint-Louis, qui avait été présidée par le cardinal Robert Sarah. L’évêché avait lancé pour l’occasion une invitation spéciale aux prêtres et religieuses malgaches missionnaires à Maurice ainsi qu’aux ressortissants malgaches travaillant dans différents secteurs de l’économie du pays. Ceux qui ont répondu présent ont ainsi eu l’occasion de rencontrer les évêques de Madagascar après la messe.
Par ailleurs, un grand nombre de ces évêques étaient aussi présents dans la paroisse St-Léon (Quartier-Militaire) dans la matinée de dimanche dernier pour célébrer la messe dominicale. Une foule estimée à pas moins de 3 000 personnes y ont participé, à l’extérieur de l’église. Le père Dorai Raj, le curé,  s’attendait d’ailleurs à une grande assistance, d’où sa décision d’ériger une salle verte pour la célébration de la messe. « Il y avait une foule impressionnante, les gens sont venus de partout. Cette présence massive indique que les gens ont soif de la présence de Dieu. Je remercie la police pour son travail remarquable au niveau de la circulation », dit le père Raj.