L’Unité est une réalité à Maurice, a déclaré ce matin le Premier ministre Navin Ramgoolam qui participait à la cérémonie nationale du Eid-E-Milan-Un-Nabi qui marque la naissance du prophète Mohamed.
« Nous pouvons avoir des différences d’opinion, nous nous pouvons avoir des différences politiques mais nous vivons en paix et dans l’harmonie à Maurice. Ce qui n’est pas le cas dans beaucoup de pays », a affirmé le Premier ministre.
«Dans combien de pays peut-on se flatter de pouvoir vivre ensemble et dans l’harmonie ? » a-t-il lancé. Le PM a cité la situation dans certains pays africains dont le Soudan et la situation au Moyen Orient notamment en Syrie ou en Palestine. Il a rappelé s’être opposé à l’invasion de la Syrie par des forces internationales afin d’éviter que de nombreux innocents soient sacrifiés. Il a aussi fortement critiqué la politique occidentale par rapport à Israël et la Palestine. Sous ce chapitre, Navin Ramgoolam a critiqué surtout la politique de deux poids et deux mesures des États-Unis entre autres pour leur soutien à Israël. « Pourquoi Israël à le droit d’avoir des armes nucléaires et pas l’Iran. Au contraire on aurait dû préconiser la dénucléarisation pour tous les pays ». Il a été particulièrement critique envers Ariel Sharon, décédé cette semaine après huit ans passés dans le coma. « Il a payé ses péchés », a soutenu le Premier ministre qui a évoqué la participation de l’ancien dirigeant israélien dans des exactions contre les Palestiniens et la façon dont il avait traité Yasser Arafat, qu’il avait menacé de mort. Navin Ramgoolam s’est étonné qu’un Premier ministre qui a eu autant de sang dans les mains n’ait jamais été traduit devant la Cour pénale internationale alors que le président du Kenya est actuellement poursuivi devant cette instance judiciaire.
Navin Ramgoolam a aussi rappelé que la PSC, qui n’a été créée ni par lui ni « mo kamarad Paul Bérenger », a été instituée afin qu’il y ait des recrutements impartiaux dans la fonction publique et que le recrutement des fonctionnaires ne soit pas fait sur la base des affinités politiques. C’est le cas également pour le recrutement au niveau de la force policière par la Discipline Forces Service Commission, soutient-il. Le PM a critiqué ceux qui accusent le gouvernement d’effectuer des recrutements sur une base communale, ce qui est un délit condamnable par la loi. Il a aussi observé que la PSC et la DFSC sont composées d’humains qui peuvent commettre des erreurs. C’est la raison pour laquelle le PSC Appeal Tribunal a été créé, dit-il.
Parmi les personnalités présentes à la cérémonie de ce matin se trouvaient le leader de l’opposition Paul Bérenger, le DPM Rashid Beebeejaun et le Speaker de l’Assemblée nationale Razack Peeroo, ainsi que plusieurs ministres et députés ainsi que des membres du corps diplomatique.
Des discours ont été prononcés entre autres par Yousouf Joonus, président de Halkae Quadria Ishaat i Islam et Mohamed Siddiqui, patron de Halkae Quadria Ishaat-I-Islam.