La politique s’est invitée avec beaucoup de dignité à la Eid Milan Party annuelle organisée par la Sunni Razvi Society à Port-Louis. Le Premier ministre, Navin Ramgoolam, ainsi que le leader de l’Opposition ont trouvé hier les mots qu’il fallait pour évoquer les turbulences politiques que traverse le pays ainsi que la crise économique. Ainsi, Navin Ramgoolam s’est appuyé sur le message du prophète pour insister sur l’importance de l’unité. « Dans un petit pays comme Maurice l’unité et la solidarité sont extrêmement importantes. Il faut continuer à faire preuve de solidarité et de générosité », a-t-il dit avant d’affirmer qu’il est confiant que le pays va surmonter tous les obstacles. Pour sa part, Paul Bérenger a observé que le pays passe par une zone de turbulence politique alors que la crise économique et financière redémarre en Europe et aux États Unis. « Prions pour notre pays et pour que chacun assume ses responsabilités patriotiques », a-t-il lancé.
Les discours des deux principaux leaders politiques étaient très attendus compte tenu des circonstances politiques actuelles. Le maître de cérémonie, M. Issac avait déjà préparé le terrain grâce à une anecdote datant de l’époque des Romains concernant un lion qui refusa de manger les glatiateurs après que ces derniers lui eurent chuchoté quelque chose. Paul Bérenger qui intervenait immédiatement après, de lancer : « Pas conné ki lion ki tigre ». Ce qui a permis de détendre considérablement l’atmosphère. Le Premier ministre s’est demandé pour sa part : « Pas conné si gladiateurs pou bisin kose dans mo zorey ».
Navin Ramgoolam et Paul Bérenger ont tous deux évoqué la richesse culturelle et religieuse de Maurice qui après avoir fêté Eid s’apprête à célébrer Ganesh Chaturthi, avant le pèlerinage du Père Laval le 9 septembre et la période de prière caractérisée par le Doorga Pooja.
Le leader de l’Opposition a rappelé que dans 20 jours les Nations Unies seront appelées à adopter une résolution portant sur la création d’un État Palestinien. Il a expliqué que la France et la Grande-Bretagne ont annoncé qu’elles voteront en fonction du libellé de la résolution. Et l’Allemagne et l’Italie voteront contre. Reste à savoir ce que feront les Etats-Unis, en particulier son président Barack Obama, qui à son arrivée à la maison blanche avait créé une lueur d’espoir à ce sujet. M. Bérenger a aussi parlé du printemps arabe et l’espoir de démocratie, la situation en Libye où la population a connu beaucoup de souffrance. Le nombre de pays qui a reconnu le nouveau régime augmente de jour en jour sauf l’Union africaine qui est à la traîne. Il a rendu hommage au rôle croissant joué par la Turquie avec qui il a souhaité que Maurice consolide ses relations. Le leader de l’Opposition s’est associé au lord maire Mamad Khodabaccus pour inviter la population à témoigner de sa solidarité envers la population somalienne. Il a terminé son intervention en commentant la situation dans le pays en affirmant que le textile, le tourisme et les PME seront les plus affectés. Il a invité la population à l’occasion de la fête Eid de « prier pour le pays et pour que chacun assume ses responsabilités patriotiques en faveur de notre pays et que chacun joue le role qu’il peut pour aider le pays à passer par ce moment difficile », a-t-il déclaré en souhaitant ses meilleurs voeux aux Mauriciens de foi islamique pour Eid et pour Haj qui arrive bientôt.
Intervenant pour sa part, le Premier ministre, Navin Ramgoolam a présenté le Ramadan comme le mois de la patience, un moment pour les musulmans de faire preuve de solidarité et d’humilité. Cette période rappelle, selon lui, l’essence de l’Islam qui est une religion de paix, de partage et d’amitié. Il a rappelé que les Mauriciens de toutes les communautés ont des droits et les mêmes devoir. Navin Ramgoolam a lui aussi évoqué le drame dans lequel vivent les Somaliens et l’aide qui a été accordée par Maurice. Selon lui, le problème somalien trouve sa source dans plusieurs raisons en particulier la mauvaise gouvernance. « Nous avons le ministre des Finances devant nous, nous devons nous souvenir que rien ne tombe du ciel », a-t-il dit en rappelant qu’il y a des orages qui ont commencé à nous affecter. « C’est inévitable nous sommes un petit pays dépendant sur l’Europe et des autres pays. C’est une époque où il faut savoir maintenir la stabilité. Pas pou badinn ek lavenir ene pays. Nous bizin maintenir stabilité, garde nou la tête lors zépol et pran décision ki bisin pran », a insisté le PM qui a renouvelé sa confiance en le ministre des Finances Xavier Luc Duval.
Le Premier ministre a annoncé que l’ambassade de Maurice en Égypte qui avait été fermée pendant les manifestations est de nouveau opérationnelle. Pour lui la révolution est un signe d’espoir car rien ne sera comme avant. Il a aussi souligné l’importance de l’Unité dans des pays arabes qu’il envisage de visiter l’année prochaine. S’agissant de la Palestine, il a observé qu’elle aura un ambassadeur accrédité auprès de Maurice avec résidence au Zimbabwe. Maurice, a-t-il précisé, n’a jamais raté une occasion pour exprimer sa solidarité avec la Palestine. Il annoncé que Maurice votera en faveur de la résolution pour la création d’un État palestinien et s’est interrogé sur ce que fera Barack Obama face au lobby juif alors que l’élection présidentielle approche.
Navin Ramgoolam a terminé discours en parlant de l’importance de l’unité. « Dan lunité ki nou réussi pas dan division. » Pour lui, l’unité est extrêmement importante dans un petit pays comme Maurice.
Le président de la République, Sir Anerood Jugnauth, s’est appesanti sur les valeurs de l’Islam et a souhaité bonne fête au Mauricien de foi islamique. Auparavant, Mamad Cheeroo avait attiré l’attention sur le risque que représente l’extrêmisme. Le lord Maire a aussi évoqué les valeurs de l’Islam et de l’importance du mois de Ramadan.