En attendant de dévoiler le nom de son candidat à la partielle du 17 décembre, l’Alliance Lepep dit ne pas bouder son plaisir de regarder les autres partis de l’opposition s’entre-déchirer au No 18. Il était évident qu’en l’absence du Premier ministre, Pravind Jugnauth au pays, le porte-parole du gouvernement, Etienne Sinatambou, qui animait la conférence de presse hebdomadaire à la mi-journée hier, n’allait pas donner une indication quant à la participation du tandem MSM/ML à la partielle. En revanche, le représentant du gouvernement s’est contenté de prolonger le suspense sur le profil d’un éventuel candidat à Belle-Rose/Quatre-Bornes.
Comme il n’a eu de cesse de le répéter, lors de la conférence de presse du gouvernement, hier, « c’est en temps et lieu » que le nom du candidat MSM/ML sera annoncé. Entre-temps, le gouvernement se met en position de spectateur, car, au dire d’Etienne Sinatambou les partis de l’opposition se crêpent déjà le chignon à Belle-Rose/Quatre-Bornes. « «Les bann-la manz zot ant zot », a déclaré le porte-parole du gouvernement. 
Par ailleurs, s’agissant de l’opposition, le ton apaisé d’Etienne Sinatambou à l’égard du leader du MMM, Paul Bérenger, n’est pas passé inaperçu ! Si le ministre de la Sécurité sociale et de l’Environnement se faisait un devoir de critiquer quasi systématiquement le député Bérenger pour sa léthargie au Parlement et ses propos, lors de ses interventions hebdomadaires, il a été plus conciliant hier ! En effet, commentant les remous et autres contestations populaires à Barkly et La Butte dans le cadre du projet du Metro Express, Etienne Sinatambou a dit avoir bien « apprécié les propos de Paul Bérenger lorsqu’il a dénoncé la surpolitisation de cette affaire. Paul Bérenger partage le point de vue du gouvernement quand nous venons dénoncer les tentatives indignes de certains membres de l’opposition ! » Etienne Sinatambou a aussi profité de l’occasion pour souligner de nouveau que dans le cas des démolitions de maisons ou autres structures se trouvant sur le tracé, « l’Etat a agi selon la loi ». Maintenant sa « position personnelle » sur le cas d’Azam Rujubali, il trouve la situation « ironique » quand celui-là accepte la proposition du gouvernement « enn fwa ki li perdi so case la-kour », alors qu’il « occupe un site qui n’a jamais été le sien illégalement ! » 
Même s’il a souhaité ne pas commenter dans le grandes lignes le Yerrigadoogate, le porte-parole du gouvernement a trouvé « noble » la démarche de l’ex-Attorney General lorsqu’il s’est soumis à la demande du Premier ministre de step down de ses fonctions. « Boukou dimounn finn koz skandal. C’est l’enquête qui déterminera s’il y a scandale ou pas », a déclaré Etienne Sinatambou. Il a aussi fait ressortir que l’ex-Attorney General a contredit les deux journaux, lesquels font l’objet d’une mise en demeure dans le cadre de cette affaire, à propos d’un document manuscrit dont il serait l’auteur. Il a dit que le gouvernement veut dissiper tous les doutes sur une quelconque ingérence ou absence de transparence au niveau de l’enquête dans cette affaire.
D’autre part, c’est le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval (XLD) qui en a pris pour son grade. Etienne Sinatambou est d’avis que XLD a eu un comportement antipatriotique lorsqu’il a émis des réserves sur les institutions du pays. « Ses déclarations sont indignes d’un leader de l’opposition et d’une personne qui a eu le portefeuille de Premier ministre adjoint du pays. J’attends à ce que le leader de l’opposition se reprenne », a dit le porte-parole du gouvernement. 
Commentant le vol inaugural de Saudi Arabian Airlines, jeudi dernier, le représentant du gouvernement a rappelé que la desserte aérienne entre Plaisance et Riyad, à raison de trois vols hebdomadaires, est une opportunité pour le tourisme et l’investissement. Il a mis l’emphase sur le soutien que l’Arabie Saoudite, « pourtant allié indéfectible des USA », a donné en faveur à Maurice aux Nations unies sur la résolution des Chagos, et en ouvrant une ambassade mauricienne en Arabie Saoudite, le gouvernement, a-t-il déclaré, a respecté sa promesse électorale.