Le Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies a tranché en faveur de Rezistans ek Alternativ, qui avait saisi cette instance internationale  pour un Pronouncement en terme de respect des Droits de l’Homme quant à l’obligation de décliner son appartenance communale pour être candidats à des élections générales. Cette décision des Nations unies, qui prend à contre-pied et constitue un sérieux revers de la position du gouvernement, qui a défendu le statu quo, vient bouleverser les données avec le Stalelate des consultations entre partis politiques, principalement le parti Travailliste et le MMM, sur le projet de réforme électorale, dont l’introduction de la proportionnelle et la mort du Best Loser System.
A la lecture des 16 pages du Pronouncement du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies, il devient évident que la réforme électorale est inélcutable inéluctable devant le fait que « the State party is under obligation to avoid similar violations in the future » Le gouvernement dispose d’un délai de 180 jours pour mettre en pratique les recommndations de cette instance des Nations unies sous la forme d’une réforme électorale. la décision d’interdire des membres de Rezistans ek Aternativ en tant que canadidats aux élections du 5 juillet 2005, faute de déclaration ethnique, représente une violation des droits fondamentaux garantis par ka Constitution.
De son côté, Ashok Subrom, Rezistans ek Alternativ:  soutient à la mi-journée que  « cette victoire est l’aboutisseent d’un long combat politique au nom de la démocratie républicaine »
Rezistans ek Alternativ avait pris la décision d’aller devant le Comité des Nations unies après la décision de la Cour suprême en appel de maintenir le rejet des candidatures de membres de Rezistans ek Alternativ parce qu’ils avaient refusé de déclarer leurs appartenances communales lors du Nomination Day pour les élections générales du 3 juillet 2005. A ce stade, les seules informations disponibles en provenance du secrétariat du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies à Genève sont que le gouvernement a été débouté et que Rezistans ek Alternativ a obtenu « une victoire plus que historique en matière de lutte et d’émancipation politiques ».
Les détails de cette décision de cette instance des Droits de l’Homme des Nations unies devront être épluchés dans les prochaines heures par le gouvernement, Rezistans ek Alternativ et les états-majors des partis politiques traditionnels en vue de passer en revue la situation et d’évaluer les conséquences de ce développement majeur sur le plan politique. A partir de là se dessinera le nouveau Roadmap de la réforme électorale imposée par cette instance des Nations unies à Genève.
Voir le détails de la décision du Comité des Droits de l’Homme des Nations unies dans l’édition du Mauricien du jour.