Dès 7 heures à Maurice et 6 heures à Rodrigues et Agalega, soit dès l’ouverture des bureaux de vote dans les 21 circonscriptions, les 936 975 électeurs inscrits dans les registres de la Commission électorale peuvent défiler pour accomplir leur devoir civique. Quelque 726 candidats sont encore en lice pour les 62 sièges de député à pourvoir sous le First Past The Post et les huit de “Best Loser”. À ce stade, il serait prématuré de s’aventurer à pronostiquer sur le taux participation à ces élections, même si toutefois, pendant la campagne, rares ont été les mises en garde des états-majors politiques contre un fort taux d’abstention. Aux élections du 5 mai 2010, le taux de participation était de 78%, soit une baisse de trois points comparativement au précédent scrutin de juillet 2005. Du côté de la Commission électorale, avec le départ du Dornier transportant à Agalega les bulletins de vote des 53 électeurs, toutes les procédures avant le vote ont été complétées, à la satisfaction du commissaire, Irfan Rahman, et de toute son équipe de collaborateurs.
« Nous attendons le jour du vote de ce mercredi. Les Returning Officers ont eu l’occasion de faire un constat des lieux dans les différents centres de vote placés sous leur responsabilité. Le dernier “feedback” que nous avons recueilli à la Commission électorale est que tout est “on Target”. Tout a été bien préparé et aménagé pour le jour du scrutin », a déclaré au Mauricien hier en fin de journée le commissaire électoral. Les Returning Officers ont  animé un dernier briefing.
« Je tiens également à saisir cette occasion pour lancer un appel au public pour que cet exercice démocratique se déroule dans le calme et la discipline, et plus particulièrement dans le respect des autres », a poursuivi le commissaire électoral après un ultime tour d’horizon avec les Returning Officers dans les circonscriptions. Pour rappel, les bureaux de vote, à Maurice, fermeront à 18 heures, aucune interruption n’étant prévue pour le déjeuner, à 17 heures à Rodrigues et à 19 heures à Agalega.
Irfan Rahman a réitéré l’obligation pour les électeurs, afin de pouvoir voter, de se munir d’une pièce d’identité, en l’occurrence leur carte d’identité, l’ancienne ou la biométrique, leur passeport, leur permis de conduire ou leur “Bus Pass”. Au cas contraire, ils n’auront tout simplement pas accès à leur bulletin de vote et à l’isoloir pour accomplir leur devoir civique.
En ce qui concerne l’exercice de dépouillement des bulletins de vote demain, la Commission électorale indique qu’il faudra s’attendre à des résultats officiels dans l’après-midi, compte tenu du nombre record de candidats dans certaines circonscriptions. « Avec 69 candidats en lice à Pamplemousses/Triolet (No 5), la Commission électorale a pris des dispositions spéciales en vue de faciliter le dépouillement avec la mise en place de 33 Counting Units dans le centre de dépouillement du Droopnath Ramphul State College. L’Electoral Supervisory Commission se réunira ce soir, soit après la fermeture des bureaux de vote, pour prendre connaissance du taux de participation et passer en revue la situation pour le dépouillement », a répondu le commissaire électoral à une question du Mauricien, qui voulait savoir si le “counting” se poursuivra dans la soirée de jeudi si le besoin s’en faisait sentir.
Pour le scrutin du jour, la Commission électorale a accrédité 154 observateurs étrangers venant de la Southern African Development Community (SADC), du SADC Parliamentary Forum, de l’Organisation internationale de la francophonie et de l’Union africaine. À noter d’ailleurs à propos de la délégation de l’Union africaine que celle-ci est dirigée par l’ancien Premier ministre du Sénégal, Aminata Touré. Cette mission comprend 30 observateurs, représentant des parlementaires panafricains, des responsables d’organes de gestion des élections et des membres d’organisations de la société civile. Ils viennent de 19 pays, à savoir du Bénin, du Burkina Faso, des Comores, du Congo, de Côte d’Ivoire, de Djibouti, d’Éthiopie, du Gabon, de Lybie, du Mali, de Mauritanie, du Mozambique, du Nigeria, de République Centrafricaine, de République Démocratique du Congo, du Sénégal, du Soudan, du Togo et de Tunisie.
Le mandat de la mission est de procéder à une évaluation de la régularité, de l’équité et de la crédibilité de ces élections législatives. Aminata Touré a d’ailleurs déjà eu des séances de travail avec le Président de la République, le commissaire électoral et des représentants des deux principaux blocs politiques, soit de l’alliance PTr/MMM et de l’Alliance Lepep.
Les 154 observateurs, à l’exception de celle ayant été placée en quarantaine pour des raisons médicales, effectueront des visites dans les centres de vote et des tournées dans les circonscriptions pendant toute la journée, et ce jusqu’à la fermeture des bureaux de vote, à 18 heures, avant de suivre la mise sous scellés des urnes avec les bulletins de vote pour être placées dans des “guard rooms” sous forte escorte policière dans la nuit de mercredi à jeudi.